Ozzy évoque son opération

Ozzy évoque son opération
Ozzy évoque son opération - © KEVIN WINTER - AFP

Ozzy Osbourne a évoqué ses problèmes de santé dans une récente interview, expliquant que c’était pour lui une "agonie", au-delà de tout ce qu’il a "vécu auparavant."

Après avoir postposé des dates en Europe, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Japon, Ozzy Osbourne avait dû annuler le reste de sa tournée à cause d’une chute.

"Au début de l’année, il a attrapé la grippe qui est devenue une bronchite, et ensuite une pneumonie" expliquait alors Sharon Osbourne. "Après être sorti de l’hôpital, il a eu un mauvais accident à la maison. Au milieu d’une nuit, il est tombé."

"Il y a quelques années, il avait fait un accident de moto qui l’avait laissé dans le coma pendant plusieurs jours", poursuit-elle. "Sa nouvelle chute lui a blessé à nouveau le dos, la nuque et les épaules. Toutes les tiges métalliques qui lui avaient été insérées lors de son premier accident se sont disloquées. Il a donc dû annuler sa tournée. Mais il se porte bien." Une information confirmée par son fils, Jack Osbourne à la fin du mois d’avril.

C’est au Rolling Stone Magazine qu’il s’est maintenant exprimé ce 20 août, en expliquant que les chirurgiens ont dû "couper dans tous les nerfs": "cela a tout fait foirer… je vacille dans tous les sens," explique-t-il. "Et depuis qu’ils ont fait ça, mon bras droit est toujours froid."

"Lors des quatre premiers mois, j’étais vraiment à l’agonie. C’était pire que tout ce que j’avais vécu auparavant. C’était horrible. Je prends des cours d’activité physique, mais les progrès sont très lents. Ils me disent que cela va prendre au moins un an."

On lui a également administré des anticoagulants en raison de caillots dans ses jambes. "Ça fait peur," ajoute-t-il. "De mes 40 ans à mes 70 ans, tout allait bien, puis après, tout m’est tombé dessus."

Il explique que le traitement est vraiment "ennuyant": "j’ai l’habitude de me lever, d’aller sur mon vélo elliptique une heure et suer. Mais je ne sais plus le faire. Avant, je savais en faire pendant une ou deux heures, et maintenant, je tiens à peine une demi-heure. Je me promène avec une canne, je traverse la route et je suis crevé."

Pendant sa convalescence, il regarde beaucoup la télé et les documentaires ("je deviens fan des extraterrestres") et a d’ailleurs enregistré 9 idées de chansons : "Je me suis dit que si je restais là à regarder des séries, je ne ferais rien du tout. Donc j’ai fait ce que j’ai pu, un petit peu... Comme ça, ça m’occupe."

Même si Ozzy souffre terriblement, Sharon a ajouté qu’il se concentrait sur sa guérison complète pour terminer la tournée qu’il a dû interrompre, et qui pourra reprendre début 2020 : "Il n’aime pas rester à la maison. Il veut repartir sur la route, avec son groupe. Le défi n’est pas tant sa condition physique que mentale, pour qu’il reste positif et qu’il puisse travailler."

La plupart des dates annulées ont pu être replanifiées pour le début de l’année prochain.

On apprenait également qu’en 2010, une société de recherche du Massachusetts appelée Knome avait utilisé un échantillon de sang d’Ozzy Osbourne.

Le but ? Identifier une cartographie génétique qui expliquerait sa résistance à l’usage intensif et répété de drogues et d’alcool.

Les chercheurs espéraient trouver une séquence d’ADN expliquant l’absorption des drogues par le métabolisme d’Ozzy Osbourne, et du même coup, permettant de comprendre pourquoi certains peuvent survivre à l’usage extrême de substances, alors que d’autres en meurent.

Les résultats furent au-delà de leurs espérances puisqu’ils ont pu isoler un gène mutant et jamais découvert qui expliquerait cette tolérance particulière aux grandes quantités d’alcool, mais aussi des déclinaisons génétiques qui le prédisposent à l’addiction et aux dépendances à l’alcool et aux drogues.

Dans un nouveau livre "Pleased to Meet Me : Genes, Germs and the Curious Forces that Make Us Who We Are" (National Geographic), Bill Sullivan, professeur à l’Indiana University School of Medicine, écrit qu' "Ozzy est effectivement un mutant génétique". Sullivan examine les façons surprenantes par lesquelles nous sommes façonnés par notre ADN et les facteurs biologiques qui affectent considérablement l’expression de nos gènes.

Bien qu’il soit sobre aujourd’hui, Ozzy estime avoir usé des substances pendant plus de quarante ans. Il a aussi survécu à un accident de moto dans lequel il s’est brisé le cou en 2003, et on lui a trouvé un trouble génétique proche de la maladie de Parkinson il y a quelques années.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK