Overdoses de Jimi Hendrix et Janis Joplin : ces génies aux destins funestes

Embarquez dans les années 70 pour ce troisième épisode du podcast de fiction A Day In The Life. Celui-ci vous transporte dans une naissance traumatisante et un combat contre la mort. L’opportunité de se replonger dans les destins grandioses mais aussi funestes de deux légendes, ceux de Jimi Hendrix et Janis Joplin. Deux overdoses et tragédies successives qui ont marqué les seventies.

A Day In The Life vous fait voyager dans cinq décennies à travers cinq histoires fortes. Cinq personnages fictifs dont la vie a basculé.

Disponible sur Auvio et les applications de podcasts, chaque épisode raconte une fiction, écrite par des auteurs belges, avec les classiques du rock comme bande originale. Ce troisième épisode, Soixante secondes pour vivre, vous projette au cœur d’une naissance, écrite par Alia Gardyn et racontée par Fanny Gillard. Vous êtes au beau milieu des pensées d’une jeune maman et la mort qui rôde autour de son nouveau-né prématuré. Si certains se battent pour gagner leur droit de vivre, d’autres se laissent emporter par la mort… L’occasion pour nous, de vous faire voyager dans les heures sombres des années 70, plus précisément, le 18 septembre et le 4 octobre 1970, dates de la mort par overdoses de Jimi Hendrix et Janis Joplin, alors à l’apogée de leurs arts.

Destins croisés et tragédies communes

5 images
Jimi Hendrix / Janis Joplin © Getty

Reconnus mondialement pour leurs talents inimitables, Jimi Hendrix et Janis Joplin sont aussi connus pour leurs penchants abusifs pour l’alcool et les drogues. Les deux artistes, adulés, étaient souvent ivres et dans un état second sur scène. En automne 1970, les stars sont au sommet de leurs carrières musicales quand le destin frappa tragiquement. Hendrix et Joplin décèdent tous les deux d’overdoses à seulement trois semaines d’intervalle.

Le 18 septembre 1970 pour Jimi Hendrix, retrouvé encore en vie mais mal-en-point dans sa chambre d’hôtel de Londres. Malgré l’arrivée des secours, il mourra dans le couloir étouffé dans son propre vomi, après avoir ingurgité un cocktail de médicaments et d’alcool. Janis Joplin disparaît quant à elle, le 4 octobre 1970, des suites d’une overdose d’héroïne. La chanteuse devait répéter avec son groupe, dont le guitariste John Till, mais elle n’arriva jamais. Alerté, son " road manager ", John Byrne Cooke, se rend à son hôtel et y découvre le corps sans vie de Joplin, déjà morte depuis plusieurs heures.

Deux destins tragiques pour ces deux génies du rock, partis tous les deux à l’âge de 27 ans. Un âge qui fait d’eux, des membres du tristement célèbre club des 27. Ces artistes morts dans de tragiques circonstances, tous à 27 ans.

Mais Janis Joplin et Jimi Hendrix n’ont pas qu’une mort dramatique en commun, ils étaient aussi des personnages excentriques, bourrés de talent, de véritables stars nées.

L’ascension londonienne

Jimi Hendrix, James Marschall Hendrix de son vrai nom, commence sa carrière début des années 60 dans le rhythm’n’blues. Très vite, il collabore avec les plus grands : Little Richard, Sam Cooke, Curtis Knight,… Puis sa vie bascule en 1966 quand Chas Chandler, ex-bassiste des Animals reconverti en producteur, lui propose de faire décoller sa carrière à Londres, l’endroit parfait pour enregistrer un album.

C’est en septembre 1966, alors bien installé dans la capitale anglaise, qu’Hendrix monte son groupe, The Jimi Hendrix Experience. Un mois plus tard, ils font déjà un carton. Le groupe monte pour la première fois sur scène aux côtés de Johnny Hallyday, où ils font sa première partie à Paris. Leur reprise soul de Hey Joe de Billy Roberts sort en décembre 66 et atteint le sommet des charts britanniques.

Et c’est la consécration en 1967, date de la sortie de leur premier album, Are You Experienced.

La patte Hendrix

Are You Experienced fut enregistré spontanément comme le voulait Jimi Hendrix. Selon le guitariste, ses musiciens et lui n’avaient pas besoin de répéter. Hendrix préférait que son groupe apprenne ses nouvelles chansons juste avant l’enregistrement. " Il y a beaucoup de choses qui ont été faites en studio, créées en studio, écrites en studio, enregistrées une fois, et jamais plus jouées – sur scène ou ailleurs. " affirme Mitch Mitchell, batteur de Jimi Hendrix lors d’une interview en 1998.

C’est cette volonté de délivrer une musique à l’état brut que l’on retrouve aussi chez Janis Joplin.

Ensorcelante et unique

5 images
Janis Joplin © Getty

Au début des années 60, Janis Joplin a déjà roulé sa bosse de chanteuse mais n’est pas très connue du public. En 1966, elle décide de rejoindre Big Brother, pour y faire du rock-blues psychédélique. Big Brother devient alors Big Brother & the Holding Company. Très vite, Joplin bouscule les codes avec un chant puissant, vu encore nulle part ailleurs. Sa signature vocale et son énergie ensorcelante hissent le groupe en haut des charts. Leur second album Cheap Thrills, sorti en 1968, fait un buzz et devient mythique. Suite à ce succès fulgurant, Janis lance sa carrière solo avec un premier album qu’elle chante avec ses tripes : I Got Dem Ol' Kozmic Blues Again Mama ! Nouvelle consécration pour la chanteuse, puisque l’album devient disque d’or en seulement deux mois. " Quoi qu’elle fasse et quoi qu’elle chante, elle le fera bien car ses talents vocaux sont sans limites " affirme John Segraves, spécialiste d’opéra et de la musique vocale au Washington Evening Star en 1968.

Une étoile fulgurante comme l’aura été sa destinée, c’est d’ailleurs ce succès et la prise de drogues en tout genre, qui lui auront brûlé les ailes.

“C’est Pearl qui offre à boire”

Du haut de ses 27 ans, sentant peut-être que sa vie serait aussi courte qu’intense, Janis avait déjà un testament. Ce dernier comprenait une clause spéciale, 2.500 dollars réservés pour des funérailles festives, car sa dernière volonté était que ses proches boivent un coup à sa santé. Ainsi, le 26 octobre 1970, soit plus de vingt jours après le décès de Janis, deux cents de ses proches se sont réunis à San Anselmo, en Californie. Ils avaient tous reçu la même invitation : "c’est Pearl qui offre à boire", Pearl étant le surnom de Janis. Une fois tous réunis, ils ont réalisé le dernier souhait de Pearl : boire à sa santé et célébrer sa vie.

Le 17 septembre et le 4 octobre 1970 marquent la fin du règne de Jimi Hendrix et Janis Joplin. Durant quatre ans, les deux artistes auront fait des tournées à travers le monde, performé à Woodstock et imprégné le public d’un frisson électrique. Cinquante ans plus tard, la disparition de ces génies continue d’inspirer le rock.

À lire aussi : Le Festival de Woodstock : cet événement mythique qui a changé le monde de la musique

Mais alors qu’Hendrix et Joplin s’abandonnaient à la mort, laissant le monde du rock en deuil, d’autres se battaient pour la vie… Comme le nourrisson de l’épisode trois de A Day In The Life. Qui gagnera, la mort ou la vie ?

Envie d’écouter d’autres histoires de vie ? Tous les épisodes de A Day In The Life sont disponibles sur Auvio et les applications de podcasts.

Vous pensiez tout connaître sur la vie de Jimi Hendrix ? Walter De Paduwa vous invite à plonger dans les moindres détails de la carrière de cette icône du rock en 20 épisodes.

Découvrez le parcours du plus illustre membre du tristement célèbre club des 27, celui qui a mis le feu à sa guitare à Monterey et réveillé une foule trempée à Woodstock.

A écouter ici.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK