Neil Young s’exprime autour des événements à Washington

L’artiste a partagé un communiqué évoquant l’insurrection qui a eu lieu à Washington mercredi dernier, en expliquant qu’il éprouvait "de l’empathie pour les personnes qui ont tant été manipulées".

Cette note, intitulée "A Message from Neil", démarre avec une mention spécifique à la manifestante connue dans les médias sous le nom d' "Elizabeth de Knoxville", qui avait été filmée en train de pleurer en disant qu’elle avait été attaquée au gaz lacrymogène. Et comme le magazine Stereogum le fait remarquer, la véracité de ses dires a été remise en question quand on a constaté qu’elle tenait un oignon dans ses mains lors de l’interview.

Young explique qu’il croit qu’elle "pleurait car elle avait été attaquée, et tout ce qu’elle faisait, c’était essayer de faire entendre sa voix dans cette Révolution".

"Elle faisait partie des milliers de personnes qui avaient le sentiment d’être persécutées pour leurs croyances, le sentiment que le pouvoir américain s’en fichait", écrit-il.

Young poursuit en accusant Trump d’avoir "exagéré et amplifié la vérité pour fomenter la haine".

"On doit avoir des discussions et des solutions. Respecter les croyances de chacun. Pas de haine," explique-t-il.

"J’étais dévasté de voir ces mesures à deux niveaux : la manière dont on a traité les gens lors des manifestations Black Lives Matter comparée à l’autre jour. Il n’y a plus de place pour la suprématie blanche. Nous devons être vraiment libres. La haine ne mènera jamais à la Liberté."

En plus de critiquer Donald Trump, Neil Young s’en est aussi pris aux "news d’internet" et aux réseaux sociaux : "Ils paralysent notre système de croyances."

"Avec les médias sociaux, les problèmes sont transformés en armes psychologiques et utilisés pour accumuler la haine en faveur d’un côté ou de l’autre."

Vous pouvez lire la note de Neil Young ici. D’autres artistes se sont également exprimés à la suite de ces émeutes. C’est notamment le cas de Stevie Wonder, Tom Morello, Paul Stanley de Kiss et quelques autres grands noms.

En décembre dernier, on apprenait que Neil Young abandonnait les poursuites contre Donald Trump qui avait utilisé sa musique sans autorisation lors de sa campagne présidentielle.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK