Mick Jagger se moque de Trump

Mick Jagger se moque de Trump
Mick Jagger se moque de Trump - © Paul Zinken - BELGAIMAGE

Pendant un concert des Stones le 7 juillet, Mick Jagger s’est moqué de la "gaffe" récente de Donald Trump.

La semaine dernière, le Président Américain a fait lever plus d’un sourcil en déclarant dans son discours commémoratif du 4 juillet, jour de l’indépendance, que l’Armée continentale "gérait le pilotage dans les airs, qu’elle défonçait les remparts, qu’elle prenait le contrôle des aéroports" pendant la guerre d’Indépendance américaine dans les années 1770-80. Les critiques se sont empressés de signaler son erreur historique : les aéroports n’existaient pas à cette époque. Donald Trump a alors renvoyé la faute au responsable de son prompteur.

Mick Jagger a fait référence à cet impair lors d’un concert au Gillette Stadium à Foxborough, dans le Massachusetts. Pendant le show, il a dit qu’il espérait que le public avait passé un bon 4 juillet, précisant que c’était un jour "touchy" pour les Anglais : "en fait, le Président a marqué un point l’autre jour en disant "Si seulement les Britanniques avaient gardé les aéroports, tout aurait été différent pour nous"."

Il faut dire qu’il y a déjà un passif important entre le groupe et l’homme politique. Déjà en 2016, l’utilisation des titres des Stones dans les meetings du candidat à la présidence ne plaisait pas au groupe. Les Rolling Stones avaient dû interdire la diffusion de "You Can’t Always Get What You Want" et de "Start Me Up", utilisés – sans accord préalable – par Donald Trump, alors candidat républicain à la présidentielle américaine.

Ce dernier n’avait pourtant pas obtempéré, utilisant à nouveau "You Can’t Always Get What You Want" sans autorisation, après son speech de 75 minutes à Cleveland le 22 juillet 2016.

En janvier 2017, Donald Trump est monté sur scène pour son concert d’inauguration sur un autre titre des Rolling Stones, "Heart of Stone".

En mai 2018, Keith Richards avait raconté à la BBC comment les Rolling Stones s’étaient retrouvés liés à l’actuel président américain en 1989.
Pendant la tournée "Steel Wheels Tour" en 1989, le groupe a découvert que Donald Trump était le promoteur de leur concert à Atlantic City. Keith Richards, déjà à l’époque, n’avait pas apprécié.

"Trump était le promoteur de notre concert à Atlantic City", a expliqué Keith Richards. "Sur l’affiche on pouvait lire "Donald Trump présente les Rolling Stones" avec le nom du groupe écrit en minuscule et le sien en majuscule."

Richards a continué : "J’ai sorti ma fidèle lame, je l’ai plantée dans la table et j’ai dit : "Vous devez nous débarrasser de cet homme !"
"Maintenant, l’Amérique doit se débarrasser de lui. Ne me dites pas que je ne vous avais pas prévenus !"

Pendant ce temps, le chanteur Mick Jagger a également parlé de la façon dont le gouvernement britannique a géré la situation du Brexit.
"Je ne suis pas vraiment satisfait du statu quo", a déclaré Jagger. "Le gouvernement actuel semble avoir beaucoup de mal à le traverser. Tout le monde aimerait voir une résolution rapide et un front uni plutôt qu’une division."

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK