Metallica en Belgique: les photos et le compte-rendu

Metallica en Belgique: les photos et le compte-rendu
33 images
Metallica en Belgique: les photos et le compte-rendu - © Tous droits réservés

Hier soir avait lieu le premier concert de Metallica en Belgique. Cyril Wilfart y était pour une interview exclusive du batteur Lars Ulrich que nous vous proposerons tout prochainement sur Classic 21. En attendant voici ses impressions ainsi que les photos du concert.

A voir au bas de l'article, un extrait de l'interview de Lars Ulrich au micro de Cyril Wilfart. Vous pourrez bientôt découvrir l'intégralité de cette rencontre sur Classic 21.

3 ans après leur dernière venue en Belgique lors de l’édition 2014 du festival de Werchter, les légendes américaines du metal étaient de retour, ce 1er novembre, pour un concert grandiose au Sportpaleis d’Anvers.

Cette journée de Toussaint fut d’autant plus savoureuse pour moi qu’avant d’assister au concert tant attendu, j’ai eu la chance de rencontrer Lars Ulrich, batteur et co-fondateur de Metallica.

C’est vers 17h30 qu’était fixée mon interview, dans les backstage du Sportpaleis et c’est un Lars Ulrich simple et tout sourire qui est apparu dans la pièce, à peine quelques minutes en retard.


Il prend place, écoute, se met à l’aise et répond avec enthousiasme et humour aux questions dont je le bombarde durant 10 minutes que vous pourrez bientôt retrouver sur Classic21.


Il est à noter que le groupe se prête avec plaisir et sincérité à ce petit jeu de communication, partout où leur "WorldWired Tour" les mène, ce qui force le respect.

Après cette belle rencontre, je me dirige doucement vers ma place dans les gradins afin d’assister au concert de Kvelertak, première partie de cette tournée Européenne de Metallica.


Si la musique teintée de Black Metal et de Punk des Norvégiens m’avait totalement séduit lors de mon dernier Graspop Metal Meeting, la qualité du son plutôt médiocre de la salle n’a malheureusement pas permis de distinguer grand-chose, malgré un jeu irréprochable et une énergie impressionnante déployée par tout le groupe.

30 minutes plus tard, Kvelertak a quitté la scène. Ce carré posé au centre de la salle et noyé dans une foule compacte a des airs de ring de boxe. Le changement de plateau s’opère, sous les cris et sifflets d’un public impatient de revoir ses idoles.  

21h20, la salle se plonge dans le noir, les cris s’intensifient alors que le classique "Ecstasy Of Gold" de Ennio Morricone ouvre les festivités.

La décoration de la scène est sobre et extrêmement efficace: une myriade de cubes sur lesquels sont projetés des images et extraits de films volent au gré des chansons, au-dessus des musiciens.
"Ecstasy of Gold" n’est plus, le public rugit de plus belle alors que sonne l’introduction de "Hardwired", morceau éponyme du dernier album en date de Metallica, sorti il y a presque 1 an. La chanson démarre en force et les lumières nous laissent découvrir les quatre comparses, le regard concentré,  le sourire aux lèvres. Les gradins deviennent assez rapidement une fosse. Personne ne tient en place, tout le Sportpaleis est debout.

Au premier titre s’enchaîne un autre single de l’album "Hardwired to Self-Destruct", le titre "Atlas, Rise!".
Je constate alors avec joie que tout le public chante à pleins poumons ces deux "nouveaux" titres. La soirée s’annonce bien!


James Hetfield, le leader charismatique du groupe salue rapidement son public avant d’entamer le riff de " Seek And Destroy ".

La soirée continue, dans une ambiance folle. La setlist mélange avec brio les classiques de toutes les époques du groupe et les titres issus de "Hardwired To Self-Destruct" et, comme lors que chaque concert de cette tournée, Metallica reprend un titre belge: "This Is Rock N Roll" du groupe anversois "The Kids". Bien que peu en place, le public appréciera le clin d’œil et chantera de bon cœur.

Mention spéciale pour le morceau "Now That We’re Dead" et sa partie percussion, durant laquelle Kirk Hammett (guitare), Robert Trujillo (basse) et James Hetfield (chant/guitare) troquent leurs instruments pour de gros cubes lumineux sur lesquels ils tapent avec force en venant soutenir Lars Ulrich (batterie), créant une sorte de petit moment de transe tribale ô combien efficace.

Autre coup de coeur pour les jeux de lumière lors du titre "Moth Into Flame", dédié à Amy Winehouse. Ce sont des dizaines de petits drones lumineux qui se sont élevés au-dessus de la scène, dans une chorégraphie lente et quasi-céleste, laissant un public bouche bée devant la beauté et la finesse du spectacle. 

Le concert se déroule à merveille, le son semblant de mieux en mieux réglé au fil de la soirée.


Metallica sait comment ravir son public, ils sont experts dans l’art du divertissement. Entre les échanges de mots avec les fans, les différents soli et les quelques reprises, c’est une foule ravie et complètement épuisée qui va quitter le Sportpaleis d’Anvers après un concert mémorable de 2h30 environ.

Metallica nous a prouvé, ce 1er novembre, que le groupe était de retour en force, plein d’énergie, d’humour, de talent et de passion. Un groupe légendaire qui ne semble pas prêt de s’arrêter, si l’on en croît la déclaration de Lars Ulrich avant de quitter la scène: "On ne fait que commencer, alors on se voit bientôt!"

Photos: Benoît Bouchez

Cyril Wilfart vous proposera tout prochainement une interview exclusive de Lars Ulrich après le passage de Metallica à Anvers ce mercredi. 

Ci-dessous, vous pouvez déjà découvrir un extrait de cette rencontre:

La setlist du 1er novembre :

Intro : Ecstasy Of Gold
Harwired
Atlas, Rise !
Seek and Destroy
Through The Never
Fade To Black
Now That We’re Dead
Confusion
For Whom The Bell Tolls
Halo On Fire
This Is Rock N Roll (The Kids)
Anesthesia (Pulling Teeth)
Whiskey In The Jar
Creeping Death
Moth Into Flame
Sad But True
One
Master Of Puppets

Damage Inc.
Nothing Else Matters
Enter Sandman

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK