Media 21 : Un nouveau Live Aid européen pour célébrer la fin de la pandémie ?

Fêter la fin de la pandémie en musique, l’idée fait son chemin dans l’Union Européenne. L’épidémie de coronavirus n’est pas encore derrière nous mais certains ont déjà des idées pour en célébrer la fin, par exemple en organisant des concerts simultanément un peu partout en Europe. Ça vous évoque peut-être des souvenirs…

Pourquoi ne pas organiser une série de concerts en même temps dans plusieurs capitales européennes ? Selon le Irish Mirror, l’idée a été officiellement proposée par la ministre Irlandaise de la Culture, du Tourisme et des Médias, l’écologiste Catherine Martin, lors d’une réunion des ministres de la Culture de l’Union européenne. Le journal ajoute que l’idée d’une grande célébration sur tout le continent a été très bien accueillie. Les premiers préparatifs sont en cours pour cet événement historique qui pourrait se dérouler cet été, si, bien sûr, la situation sanitaire s’est améliorée.

On pense inévitablement au mythique Live Aid en 1985 :

" Le concert du siècle " dont l’idée avait été lancée par Bob Geldof et Midge Ure en vue de collecter des fonds contre la famine qui sévissait en Éthiopie. Son retentissement avait dépassé toutes les attentes. 70 artistes répartis sur deux scènes, l’une au Wembley Stadium de Londres, l’autre à Philadelphie aux États-Unis. Parmi eux Bob Dylan, David Bowie, Tina Turner et Phil Collins qui réussira la performance de se produire à Londres puis de s’envoler en Concorde pour jouer à nouveau à Philadelphie. On se posait moins la question de l'empreinte carbone à l’époque… Le tout diffusé dans le monde entier et suivi par 2 milliards de téléspectateurs.

Ce serait une manière pour l’Union européenne de marquer le coup !

Ça s’inscrit clairement dans sa volonté de donner une image moins technocratique et plus proche des gens. Ce serait aussi un beau geste envers la jeunesse européenne qui est durement touchée. Le journal irlandais ajoute que cette fois encore une collecte de fonds serait organisée pour venir en aide aux victimes de la pandémie, comme les artistes. Pas encore de noms cités pour l’affiche, ni de lieux mais la grande perdante pourrait bien être Londres laissée de côté, ce qui soulignerait à nouveau le prix élevé que paie le monde musical britannique pour le Brexit.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK