Media 21 : " La musique est cassée, il faut faire un reset ! "

Même un retour au monde d’avant la crise sanitaire ne sauvera pas le monde musical. Des musiciens s’inquiètent pour leur avenir, même après la fin de la pandémie, et ils le font savoir. Cette fois c’est Tim Burgess, le chanteur des Charlatans, qui s’est exprimé dans la presse pour dire ses inquiétudes.

C’est ce qu’affirme Tim Burgess le chanteur des Charlatans dans une tribune publiée dans le quotidien britannique The Guardian sous le titre : Avant même la crise du Covid, la musique était cassée. Profitons de ce moment faire un reset, pour tout reprendre à zéro et redémarrer ". Il le reconnaît, ce n’est pas simple de se faire entendre actuellement. " L’image de la rock star dans son manoir avec une bouteille de champagne millésimé à la main ne suscite pas beaucoup de sympathie dans la population, particulièrement en temps de crise. Mais ce cliché, s’il est vrai pour quelques-uns, ne reflète pas la réalité de la grande majorité, même parfois des gens que vous entendez à la radio" (Fin de citation).

Le Covid n’a rien arrangé !

En effet, principalement à cause de l’arrêt des concerts qui a brisé l’équilibre fragile qui permettait encore à tout un monde de survivre, non seulement des musiciens, mais aussi des techniciens et tous ceux vivent de cette activité. Mais c’était le dernier rempart après l’effondrement des revenus de la vente de musique enregistrée. S’y ajoutent pour les musiciens britanniques les problèmes de visas et autres tracasseries administratives lorsqu’ils voudront reprendre leurs concerts dans l’Union Européenne, nous en avons déjà parlé. Ce que confirme une nouvelle enquête qui vient de paraître : 76% des musiciens au Royaume-Uni pensent qu’ils n’iront plus jouer sur le Continent européen.

Les problèmes remontent donc bien plus loin que la crise sanitaire :

C’est la conviction de Tim Burgess. Le Covid a donné le coup de grâce, mais le modèle économique du streaming et les conséquences du Brexit avaient déjà mis à mal le monde de la musique. Sa proposition : puisque tout est " on hold ", à l’arrêt, mettons ce temps à profit pour le réinventer et empêcher le sacrifice de toute une génération de musiciens. Et ensuite, conclut-il, nous serons tous là pour célébrer ce grand reset, ce nouveau départ !

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK