Maneskin réfute les accusations de plagiat

Au début de la semaine, plusieurs médias belges annonçaient que le groupe italien Maneskin, lauréat de l’Eurovision 2021, devait gérer une accusation de plagiat.

Après des suspicions préalables d’usage de drogue pendant le direct, infirmées par un dépistage négatif, cette fois, c’est Joris Lissens, membre du groupe néerlandais The Vendettas, qui semait le trouble en déclarant que le titre " Zitti E Buoni " est un plagiat de " You want it, you’ve got it ", qui date de 1994.

 

Mais il n’en n’est rien, selon les principaux intéressés.
" Nous n’avons copié personne ", s’est défendu le groupe italien au média LCI. " On ne connaissait même pas ce groupe ", a expliqué la bassiste Victoria De Angelis. " Nous n’avons bien sûr copié personne. Nous avons écrit cette chanson il y a cinq ans, lorsque nous avons commencé à jouer ensemble ", a-t-elle détaillé, reconnaissant toutefois qu’on pouvait y trouver " peut-être des similitudes ".

" Mais c’est juste un bon gros riff de rock. Si vous écoutez la chanson dans son intégralité, c’est totalement différent ", a-t-elle conclu.

 

Les paroles de la chanson évoquent la lutte contre les injustices et le chemin vers la rédemption, des thèmes qui sont au cœur du travail de Måneskin.

"Il est question d’être soi-même et de faire ce que vous pensez juste, sans vous soucier de ce qu’en pensent les autres. Nous avons beaucoup été confrontés à ça en Italie, les gens n’y sont pas fans de rock. Quand nous avons commencé, on nous disait que ça ne nous mènerait nulle part, mais nous avons cru en nous et nous continuons à le faire."

"Nous avons eu aussi beaucoup de commentaires sur notre côté non-conformiste à propos des genres. Les mecs sont maquillés et nous parlons beaucoup de sexualité. Le morceau traite de ça aussi, de s’exprimer sans se soucier de ce que les autres vont en penser."

Le groupe a démarré en 2016 et passait au concours télévisé X Factor en Italie l’année suivante. Leur carrière a alors bien décollé avec des tournées sold-out, des disques de platine pour leurs compositions et des covers originales de classiques rock et indie, bien suivies sur le web.

Ils expliquent aussi trouver leur inspiration dans les groupes des années 60 et 70, mais aussi chez leurs pairs contemporains comme Arctic Monkeys, IDLES, Slaves, Royal Blood, et Franz Ferdinand.

Le groupe a sorti un deuxième album au mois de mars, Teatro d’ira : Vol. I, et la suite est déjà en préparation. "C’était notre plus grand rêve et maintenant que c’est arrivé, nous voulons en profiter pour travailler encore plus dur et faire des concerts partout en Europe et ailleurs."

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK