"Malcolm Young était le moteur d’AC/DC", selon Dave Evans, premier chanteur du groupe

Il est la voix que l’on peut entendre sur les deux premiers singles d’AC/DC, "Can I Sit Next To You Girl" et "Baby Please Don’t Go". Mais au mois d’octobre 1974, moins d’un an après le premier concert du groupe, Dave Evans n’en faisait déjà plus partie.

Dans une nouvelle interview (à écouter ci-dessous), on lui a à nouveau demandé s’il s’attendait à être recontacté après le décès de Bon Scott en 1980. Et il répond : "Non, pas du tout. AC/DC a eu énormément de membres au cours de son histoire. Je ne sais pas combien, 20 ? Et trois chanteurs, et un remplaçant."

"Nous étions tous ambitieux quand on a démarré. On voulait tous être les meilleurs, chacun d’entre nous. Et après moi, Bon Scott a eu sa chance. Il était génial. Et quand il est mort, je me suis demandé qui ils allaient prendre, mais je n’ai jamais pensé qu’ils me contacteraient, car l’eau avait coulé sous les ponts. Et puis j’étais occupé dans d’autres formations à l’époque."

"Après ils ont choisi Brian, puis ils ont eu d’autres chanteurs, d’autres musiciens, etc. Mais le moteur a toujours été Malcolm Young [membre fondateur et guitariste rythmique]. Je me souviens la première fois que je l’ai rencontré, c’était un meneur. Il était petit, mais il avait un grand cœur et une forte personnalité. Et il était solide aussi. Peu importe ce qui allait arriver, il continuait. Et puis quand il est mort, je me suis dit qu’AC/DC ne serait plus jamais pareil sans lui. Comment cela pourrait-il en être autrement ?"

 

En décembre 2019, il avait déjà insisté sur ce point, expliquant que "la véritable essence du groupe" était morte avec Malcolm Young, en novembre 2017.

Il précisait : "Malgré les rumeurs qui m’ont été rapportées, je n’ai aucune intention de rejoindre AC/DC en qualité de chanteur. En ce qui me concerne, Malcom Young était l’inspiration, le moteur et le génie musical d’AC/DC depuis la formation du groupe et selon moi, lorsqu’il est décédé, la véritable essence du groupe est morte avec lui. La musique d’AC/DC ne pourra jamais être la même sans lui. Cependant, je souhaite le succès au groupe, quelle que soit la nouvelle forme qu’il prenne."

En mai dernier, Tom Compagnoni du Sydney Morning Herald a réalisé et publié un court documentaire sur les origines du groupe à Sydney, en rencontrant quelques membres présents aux tout débuts, dont certains n’ont jamais raconté leur histoire devant des caméras. A voir ici.

Cette semaine, nous partageons d’ailleurs avec vous quelques témoignages de fans rapportés par Nicolas Lefevre dans la séquence Fan Club. Voici celui de Michel et Stephan, grands fans d’AC/DC :

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK