Mai 68: rock et révolution

Mai 68: rock et révolution
4 images
Mai 68: rock et révolution - © Tous droits réservés

Mai 68, il y a 50 ans. Le peuple était dans la rue à Paris. 1968, dans son ensemble, a été une année de contestation aux Etats-Unis, en Angleterre, en Allemagne... Retour sur la BO de cette année pas comme les autres...

1968, une année sereine? 

 "L'année 1968, je la salue avec sérénité", c'est avec cette phrase que de nombreux médias de l'époque résument le discours officiel du président Charles de Gaulle lors de la diffusion de ses bons vœux à la France le 31 décembre 1967. Dans cette apparition télévisée, très attendue, le président français se montre particulièrement optimiste. Dans le domaine économique et social, il salue les bons résultats qui s’inscrivent dans le mouvement mondial des "Trente Glorieuses", la suite de la construction européenne, et se réjouit de la "suppression prochaine des barrières douanières" pour les six pays de l’union européenne. Il condamne les bombardements au Vietnam et demande le retrait des troupes américaines. 1968, une année qui s'annonce sereine? Il ne pouvait pas mieux se tromper…

Mai 68

Durant les mois de mai et juin 68, les français et françaises s’affrontent dans la rue lors de combats violents. Grèves générales et sauvages, manifestations étudiantes, cette révolte culturelle, sociale et politique est une attaque de front contre le capitalisme, le consumérisme, l’impérialisme américain et le gouvernement français. Une période de contestation, une période de révolte, un véritable calvaire pour De Gaulle qui doit ici faire face à la troisième et dernière épreuve de sa carrière, après la Seconde Guerre mondiale et la guerre d’Algérie.

Mai 68 s’inscrit dans un ensemble d’événements insurrectionnels qui touchent l’ensemble de la planète. L'année est marquée par des mouvements de contestation durant lesquels le peuple demande à ses dirigeants de changer les choses, d’évoluer, de rendre le monde meilleur. L’image du militant libertaire Daniel Cohn-Bendit, figure emblématique du mouvement, restera à jamais gravée dans les esprits.

La France, oui, mais pas seulement…

Aux Etats-Unis, l’année 1968 est notamment marquée par un durcissement de la lutte pour la défense des droits civiques noirs américains. Après l’assassinat du pacifiste Martin-Luther King le 4 avril, 1968 s’impose ensuite comme celle du mouvement révolutionnaire de libération afro-américaine d’inspiration marxiste-léniniste et maoïste : le Black Panther Party. Lors des jeux olympiques d’été à Mexico, le 17 octobre 1968, les athlètes Tommie Smith et John Carlos, deux des trois gagnants de l’épreuve des 200 mètres, entrent définitivement dans l’Histoire en brandissant un poing ganté de noir, les yeux rivés vers le sol, référence on ne peut plus directe au combat des Black Panthers. De l’autre côté de l’Atlantique, l’année 68 est donc bien mouvementée. Le mouvement hippie qui s’est imposé en 67 s’est développé et ne cesse de faire entendre sa voix, "peace & love", "faite l’amour, pas la guerre", les jeunes sont dans la rue partout en Amérique du Nord. Mais la jeunesse s’exprime aussi dans les rues au Royaume-Uni, au Japon, au Brésil, en Allemagne, en Italie et la révolte est violemment réprimée durant le terrible "Printemps de Prague" en ex-Tchécoslovaquie ou encore durant le "massacre de Tlatelolco" au Mexique.

La BO de mai 68 et des autres événements de cette année révolutionnaire

Street Fighting Man 

Si l'on a souvent cru que c'est mai 68 qui avait influencé les Rolling Stones pour écrire leur tube "Street Fighting Man", c'est un autre événement connexe ayant eu lieu le 17 mars qui en a été la source d'inspiration principale. Ce jour-là  25 000 personnes s’étaient alors réunies devant l’ambassade américaine à Londres pour demander l’arrêt de l’engagement US au Vietnam. 

Hey! Think the time is right for a palace revolution                            

(extrait des paroles de Street Fighting Man)

We want the world and we want it... NOW!

Les Doors, dirigé par le charismatique Jim Morrison, sont au sommet de leur gloire en cette année 1968. Sur son second album, "Strange Days", le groupe conclut avec un titre épique d’une durée de plus de 10 minutes. Dans celui-ci, Morrison s’écrie "Nous voulons le monde… et nous le voulons… maintenant!" ("We want the world and we want it … now !"), un message qui parle particulièrement à la jeunesse américaine révoltée. En 1968, le groupe donne sa première tournée européenne et le message se répand, notamment celui de son nouveau titre "Unknown Soldier", ode à ce soldat inconnu tombé durant la guerre du Vietnam.

Beatles: la révolution... ou pas...

Lorsque John Lennon rencontre l'artiste japonaise Yoko Ono en 1966, c'est le coup de foudre. L'influence de cette dernière sur la "politisation" du message de Lennon sera importante. Ainsi, deux ans plus tard, en 1968, les Beatles publient le titre "Revolution" sur le célèbre "Double Blanc" ou "White Album", décliné dans une version plus rapide en 45 tours. Avec ce titre Lennon répond à la guerre de Vietnam mais ne sait pas trop comment se positionner dans son engagement. Pour la révolution, peut-on compter sur lui? Oui ? Non ? Le message n’est pas clair dans le texte.

Fire ! 

C'est en 1968 que sort ce véritable ovni musical signé par l'extravagant Arthur Brown et son claviériste Vincent Crane. Même si le titre n'a absolument pas intentionnellement un message révolutionnaire, ses paroles incendiaires "colleront" particulièrement au climat de cette année tourmentée. 

Say It Out Loud, I'm Black and I'm proud

1968 est marquée le 4 avril par l'assassinat de Martin Luther King ainsi que pour la montée en puissance du Black Panther Party, un mouvement politique révolutionnaire afro-américain. En musique, nombreux sont les artistes à évoquer ce combat. Le titre "Say It Out Loud, I'm Black and I'm Proud" de James Brown résonne particulièrement. Enregistré avec une chorale d'enfant issus de Los Angeles, ce titre est un dans grands classiques de la musique funk.

People everywhere, just wanna be free

Autre titre qui résonnera particulièrement en cette année 68 c'est "People Got to Be Free" des Rascals. Groupe américain issu du New Jersey, les Rascals ont connu le succès en 1966 avec les titres "Good Lovin'" et "Groovin". Ce "People Got to Be Free", enregistré en mai 68, deviendra l'un des titres BO de l'été 68, toujours très tourmenté.

Just Because I'm a Woman

Il n'était pas toujours simple d'être une femme et d'évoluer dans le monde, très masculin, de la musique country. En 1968, Dolly Parton sort "Just Because I'm a Woman", un titre qui semble très engagé pour l'époque et qui aura un écho particulier en cette année durant laquelle le mouvement féministe américain "Women's Liberation Mouvement" prend de plus en plus d'ampleur. C'est notamment en 1968 qu'a lieu le premier rassemblement national américain d'activistes pour la libération des femmes à Lake Villa, dans la banlieue de Chicago.

Et en France?

En 1967, la chanteuse Collette Magny est la première à sortir un titre ouvertement opposé à la guerre au Vietnam. En 1968, on voit les premiers pas d'un jeune anarchiste encore méconnu, Renaud Séchan, il écrit une des ses premières chansons "Crève Salope", source d'inspiration pour de nombreux manifestants en mai/juin 68. Claude Nougaro, lui, enregistrera "Paris Mai". Léo Ferré s'associera au groupe de rock progressif Zoo pour écrire "L'été 68", "Paris je ne t'aime plus" et "Amour Anarchie".  Et puis comment évoquer mai 68 sans évoquer certains des artistes "porte-paroles" du mouvement tels que Bernard Lavilliers (qui chante alors dans les usines occupées de la région lyonnaise), Catherine Ribeiro, Gérard Manset ou encore le regretté Jacques Higelin, disparu cette année, 50 ans après les faits...

 

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK