Lynyrd Skynyrd: suite du procès

Embed from Getty Images

La justice a décidé qu'un film sur l'histoire du groupe qui avait précédemment été interdit de sortie soit finalement diffusé.

Le groupe ne peut donc plus s'opposer à la sortie du film Street Survivors: The True Story of the Lynyrd Skynyrd Plane Crash suite à une décision prise en justice mercredi (18 octobre). Un nouvel appel avait été émis à la Court de Manhattan contre l'injonction qui interdisait la sortie du film qui décrit le crash d'avion fatal de 1977.  

Ce film, du même nom que l'album de 1977, est partiellement basé sur les souvenirs de l'ancien batteur Artimus Pyle, qui a joué dans le groupe de 1975 à 1991. Le musicien faisait partie des 20 survivants du crash d'avion dans le Mississippi, qui avait fait 5 morts, dont le chanteur Ronnie Van Zant et le guitariste Steve Gaines.

Lynyrd Skynyrd avait lancé, en juin dernier, une action en justice contre lui. Le guitariste Gary Rossington, le frère et chanteur de Ronnie Van Zant, Johnny Van Zant, et les ayants-droit des membres disparus de Lynyrd Skynyrd le poursuivaient en justice, ainsi que la maison de disque qui co-produit, Cleopatra Records de Manhattan.

Mais un juge avait alors tranché en faveur de Lynyrd Skynyrd. Il avait confirmé qu'il brisait un accord fait avec le groupe en 1988, stipulant qu'il n'avait plus le droit d'utiliser le nom du groupe, ou de se référer aux membres restants.

Estimant que le film causerait un "dommage irréparable au groupe et aux membres et ayants-droits', le juge Sweet avait alors déclaré "qu'aucune autorisation n'a été délivrée de la part de Van Zant ou Gaines, ou au sujet de l'utilisation du nom Lynyrd Skynyrd. Et qu'en l'occurrence, l'ordonnance de consentement avait été violée."

Le groupe n’était pas opposé à ce qu’Artimus Pyle raconte son histoire individuelle, mais il ne voulait pas qu’y soient mêlés les autres membres du groupe… ce qui s’avère forcément compliqué.

Le procès portait sur les allégations selon lesquelles Street Survivors "pourrait contenir un portrait de Lynyrd Skynyrd qui ne reflète pas la réalité, mais vu au travers du regard d’Artimus Pyle, déformant la réalité."

La Cour a maintenant jugé que, vu que le film se baserait uniquement sur les propres expériences d'Artimus Pyle au sein du groupe, dont le crash d'avion, la sortie pouvait en être autorisée.

Voici ce qu'on peut lire dans le compte-rendu du procès: "Ce crash fait partie de l'histoire du groupe, mais c'est aussi une 'expérience' qu'a vécu Pyle dans le groupe, si ce n'est la plus importante pour lui. Les dispositions d'un décret qui, d'une part, interdit de raconter cette histoire, mais qui, d'autre part, permet de relater l'expérience liée à celle-ci sont suffisamment contradictoires, ou du moins pas assez spécifiques que pour supporter une telle injonction."

Un des avocats de Cleopatra a expliqué qu'il s'agissait d'une "victoire pour les réalisateurs, artistes, journalistes, lecteurs, spectacteurs et pour l'industrie des idées."

En juin 2016, Artimus Pyle avait expliqué "C'est incroyablement personnel et passionnant pour moi. Avec ce film, je veux partager mes rires et mes larmes."

"Ce film est l'histoire - MON histoire. Ça ne parle pas que du crash de l'avion, mais aussi de ma relation personnelle avec le génie qu'était Ronnie Van Zant, qui était comme mon frère."

"Nous voulons que ce soit un bon film qui raconte une histoire très passionnée, intime, sur la musique et le groupe, une apogée et un déclin qui furent tout aussi rapides. Je veux de ce film qu'il dresse le portrait de mes amis de la façon la plus sincère: des gens vrais, amusants, qui aimaient la musique, appréciaient le succès qui leur permettait de voyager autour du monde, de jouer pour les rois et les reines de ce monde."

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK