Londres, la ville de la deuxième chance: Midlake, Supergrass, Hot Rats et Noel Gallagher

hotrast
hotrast - © Tous droits réservés

On entend souvent dire que les européens auraient tendance à placer les individus dans des catégories qu'il serait impossible de modifier. Par opposition, les anglo-saxons seraient plus prompts à oublier un échec, avec cette fameuse phrase: avoir le droit à une seconde chance. J'ai donc expérimenté pour vous Londres sous le signe de la deuxième chance.

Lundi 1er février se tenait, au magasin Rough Trade de Brick Lane (voir Girls... in London : https://www.rtbf.be/classic21/article_girls-in-london?id=2093  ), un concert gratuit du groupe Midlake, un superbe groupe texan, qui considère la capitale anglaise comme sa deuxième maison. Leur nouvel album, The Courage Of Others triomphe un peu partout en Europe et aux Etats-Unis. Leur folk naïf et mélodique s'apprête à toucher le très très grand public, avec, par exemple, un morceau comme « Head Home ».

Un concert gratuit, dans un environnement sympathique comme celui de Rough Trade, est une bénédiction pour tout amateur de musique contemporaine bien faite.

 

 

Oui, mais voilà, un chroniqueur a ses faiblesses et il peut, parfois, se laisser aller. Je l'avoue, une bière bien fraiche dégustée bien au chaud a eu raison de la promesse certes d'un grand concert mais aussi du froid, de la pluie et des différents double-deckers qu'il aurait fallu emprunter. La honte m'en rougit les joues aujourd'hui encore.

 

 

La ville de la deuxième chance allait me tendre la main dès le lendemain, mardi 2. J'apprends qu'au Relentless Garage, excellent club situé dans le quartier de Islington, se tient le soir-même un concert des Hot Rats. Ce nom de groupe ne vous dit peut-être rien et pourtant il contient deux membres de Supergrass: le guitariste et chanteur Gaz Coombes et le phénoménal batteur Danny Goffey, ce qui est en soi une bonne raison de découvrir un groupe, mais ils ont en plus, fait produire leur premier album par un certain Nigel Godrich, producteur des grands albums de Radiohead entre autres.

 

 

Bien décidé à ne pas me laisser enfermer par la pluie, je suis sur place plus d'une heure à l'avance, suffisamment pour découvrir en première partie un groupe présenté par le NME comme leur nouveaux chouchous : Chew Lips LIEN: http://www.myspace.com/chewlips . Ce trio, que l'on pourrait situer quelque part entre Depeche Mode, Siouxsee & The Banshees et Eurythmics, réussit à bien chauffer la salle, notamment en achevant leur set d'une petite heure avec le single qui les avait fait connaître, « Solo ».

Chew Lips, Solo:

La prise de risque musicale n'est pas gigantesque, mais le titre trotte dans la tête pour le reste de la journée, je peux vous le confirmer.

 

Ce n'est donc qu'ensuite que les deux membres des Hot Rats sont arrivés sur scène, entourés de deux mannequins en plastique toute enguirlandées. L'ambiance est franchement détendue, la raison en est simple: The Hot Rats est un groupe de reprises. Le public est déjà conquis, comme si on le laissait entrer à l'intérieur du salon de Supergrass lors d'une soirée arrosée. 

 

Le duo nous a concocté une set-list prometteuse, que je me permets d'agrémenter de vidéos d'illustration:

 

1. I Can't Stand It (de Lou Reed)

2. Damaged Goods (de Gang of Four)

3. Fight For Your Right (des Beastie Boys)

4. The Crystal Ship (des Doors)

5. Love Is The Drug (de Roxy Music)

6. Queen Bitch (de David Bowie)

7. Big Sky (des Kinks)

8. The Love Cats (de The Cure)

9. Bike (de Pink Floyd)

10. Mirror In The Bathroom (de The Beat)

11. EMI (des Sex Pistols)

12. Pump It Up (de Elvis Costello)

Rappel: Drive My Car (des Beatles)

Rappel: Caught By The Fuzz (de Supergrass, avec le bassiste Mick Quinn)

Rappel: Lenny (de Supergrass, avec le bassiste Mick Quinn)

 

Enfin, puisqu'il faut conclure, je tiens à persévérer dans mon idée de deuxième chance puisque la nouvelle qui a secoué Londres, c'est l'annonce de deux concerts de Noel Gallagher. Pour ceux qui n'ont pas pu saisir l'opportunité de le voir sans son frère lors de la tournée acoustique Stop The Clocks, il s'agit d'une véritable aubaine. La meilleure partie des frères Gallagher offre une deuxième chance aux retardataires, mais, comme toujours la chance a un prix. Et il risque d'être élevé.

 

 

À la semaine prochaine,

Midlake - Head Home

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK