Les trottinettes électriques partagées ne sont pas encore très rentables sur le plan économique

chronique economique
chronique economique - © Tous droits réservés

Si vous avez été comme moi étonné par cette marée de trottinettes électriques, partagées ou pas, que l'on rencontre un peu partout à Bruxelles, ou dans d'autres villes de Belgique, c'est normal !

Ce nouveau mode de transport s'est imposé très rapidement grâce à un énorme succès viral. D'ailleurs, les opérateurs qui sont derrière ce business ne font pas de marketing, ils l'avouent eux-mêmes, ce n'est pas nécessaire. En effet, difficile de se balader en ville sans tomber nez-à-nez avec une de ces trottinettes électriques. Le nez-à-nez peut d'ailleurs se révéler douloureux, car Bruxelles recense un à deux accidents par jour... C'est la raison pour laquelle, les spécialistes de la prévention préconisent l'usage d'un casque de couleur orange de préférence. Et j'en profite pour rappeler aux éternels distraits que les trottinettes électriques, qu'elles soient partagées ou pas, doivent être assurées ! C'est une obligation légale.

Pour le reste, c'est vrai la plupart des villes, dont Bruxelles, ont très bien accueilli ce type de solution de mobilité alternatives. Selon l'enquête de Trends-tendances, la trottinette électrique permet de rendre la STIB et la SNCB plus compétitive avec l'automobile. Pourquoi ? Mais parce qu'elles servent souvent à relier le domicile ou le bureau à l'arrêt de transport en commun le plus proche. En clair, ces trottinettes accélèrent le trajet. Comme le relate le magazine Trends-Tendances, si ce type de véhicule permettait de réduire le trafic automobile de 5% ce serait une belle victoire.

Pour le reste, au niveau économique, les acteurs derrière ce boom des trottinettes appliquent le même tarif : un euro pour débloquer le moyen de transport et ensuite 15 centimes par minute. Quant au service, il fonctionne via une application pour smartphone qui sert à localiser les trottinettes libres, à les débloquer et à clôturer la location. Une fois arrivé à destination, il suffit de garer ces trottinettes n'importe où dans la zone couverte par l'opérateur en question.

Sur le plan pratique, c'est aussi simple que cela. Pour l'aspect rentabilité, selon Trends-Tendances, il faudra visiblement attendre encore parce qu'une des faiblesses de ce modèle économique, c'est la durée de vie limitée de ces trottinettes. Une durée de vie qui n'excède parfois pas un mois. Or, une trottinette peut revenir à 850 euros en tenant compte du boitier GPS... Et même si les plus gros acteurs de ce secteur peuvent obtenir des trottinettes électriques moins chères à l'achat, ils devront encore s'assurer d'une durée de vie moyenne plus élevée pour disposer d'une marge convenable. C'est la raison pour laquelle, certains se disent qu'il y a trop d'acteurs sur ce segment et qu'ils devront fusionner... Il se murmure même qu'Uber, le grand ennemi des taxis classiques, pourrait en racheter quelques-uns par exemple.

En attendant, si le succès est au rendez-vous, la viabilité de ce transport alternatif reste incertaine.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK