Les héritiers de Tom Petty furieux contre Trump

Les héritiers de Tom Petty ont émis un ordre légal pour empêcher Donald Trump d’utiliser le titre de 1989 "I Won’t Back Down", diffusé sans autorisation ce 20 juin lors d’un rallye à Tulsa, dans l’Oklahoma.

La famille a posté son mécontentement via les réseaux sociaux : "Trump n’était pas autorisé à utiliser ce morceau pour cette campagne qui laisse tant d’Américains derrière elle et qui n’a pas une once de bon sens."

"Tom Petty n’aurait jamais voulu que sa chanson soit associée à une campagne de haine. Il aimait rassembler les gens."

Benmont Tench, ancien membre des Heartbreakers a aussi partagé son avis sur Instagram, disant ne pas approuver l’association de sa musique avec le Président des USA.

Voir cette publication sur Instagram

lest anyone think it was with our approval

Une publication partagée par Benmont Tench III (@benmonttench) le

Ce n’est malheureusement pas la première fois que ce problème survient. Le Président ne semble pas attacher beaucoup d’importance aux autorisations de diffusion, ce qui a suscité le mécontentement de bon nombre d’artistes, tels que R.E.M. et les héritiers de Prince. Steven Tyler, Neil Young, ou encore Axl Rose se sont indignés sur les chemins détournés utilisés par le président américain afin de diffuser ces titres de manière illégale.

Et déjà en 2016, l’utilisation des titres des Stones dans les meetings du candidat à la présidence ne plaisait pas au groupe. Les Rolling Stones avaient dû interdire la diffusion de "You Can’t Always Get What You Want" et de "Start Me Up", utilisés – sans accord préalable – par Donald Trump, alors candidat républicain à la présidentielle américaine.

Ce dernier n’avait pourtant pas obtempéré, utilisant à nouveau "You Can’t Always Get What You Want" sans autorisation, après son speech de 75 minutes à Cleveland le 22 juillet 2016.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK