Les guitares les plus emblématiques de Matthieu Chedid

guitar story
7 images
guitar story - © XAVIER LEOTY - AFP - belga

Des guitares avec un grand M ! Alors que la tournée actuelle, ''Lettre Infinie'', marque par la même occasion les 20 ans de carrière du dit – M-, personnage haut en couleur créé par Matthieu Chedid. Déjà, chez les Chedid, on peut dire que la poésie et la musique sont des histoires de famille. De la grand-mère, Andrée, poétesse et romancière, au paternel Louis Chedid, dont l’empreinte chansonnière fait partie intégrante du paysage musical français, en passant par les enfants, Joseph, Emile, et Anna, tous ont embrassé des carrières artistiques, que ce soit dans l’écriture, la musique, ou la réalisation. De là, on imagine sans peine que le prochain Noël familial sera certainement très musical.

En ce qui concerne Matthieu, l’aîné des fils Chedid, à travers son personnage de – M- à la mise en plis maousse, ce multi-instrumentiste s’est aussi révélé un guitariste hors pair tout au long de ses six albums, sans compter toutes ses autres participations, qui ont jalonné ses deux décennies de carrière. Un guitariste, chevronné, virtuose, et qui s’est entouré de plusieurs guitares prestigieuses, et mises à l’honneur à l’occasion de cette tournée ''Lettre Infinie''.

Avec parfois des surnoms calqués sur les rôles qu’elles ont eu durant cette carrière, je vais donc tenter de vous présenter les plus emblématiques. En premier lieu, trône une magnifique Fender Stratocaster série – L- de 1964. Une série – L- sur des chansons en série de – M-, cette Strat est certainement celle qui reçoit le plus de préférence de la part de l’artiste. Utilisée autant sur scène La polyvalence de la Strat est en effet un atout majeur pour balancer les riffs funks et souls dont est friand le Machistador.

En seconde place, on y trouve plusieurs guitares acoustiques : Une Takamine aux éclisses à damier bleu et blanc, utilisée depuis le début de sa carrière mais surtout, une guitare rose à la rosace en cœur, icône de "Qui de Nous Deux" son troisième album, et qui est aussi un hommage à sa fille Billie née un an avant la sortie de cet opus. De ce fait, la guitare a donc hérité de l’homonyme de sa fille et fut réalisée par un luthier français du nom de Cyril Guérin. La création de cette guitare est partie d’un ukulélé zébré que – M- a dans ses cartons. Deux exemplaires roses furent construits, et ont aussi été jouées lors de la tournée du ''Soldat Rose'', mais il existe également un modèle noir, la ''Black Billie'', et un modèle blanc à douze cordes.
 

Autres Fender Strat très remarquables, ''l’Adorée'' ou plutôt devrais-je dire, ''Les Adorées'' car elles sont deux. Deux guitares dorées à la feuille d’or du corps à la tête, touche comprise, basées sur les cotes de la fameuse ''série L'', et fabriqué par Sylvain Coppin, le ''guitar-tech'' officiel de – M-, spécialement pour cette tournée ''Lettre Infinie''. Elles servent, entre autres pour les escapades en public de l’artiste lors des spectacles et, à ce titre, l’une d’elles est dotée d’une caméra montée sur la tête, ce qui permet des plans rapprochés sur le doigté de – M- durant ses solos. Ces deux guitares rappellent aussi un des instruments de Prince dont Matthieu Chédid est aussi un grand fan.

Tant que nous sommes dans le doré, impossible d’échapper non plus à la Gibson SG Junior de 61, également très présente sur cette tournée. Dans ce cas-ci, c’est la table qui est recouverte d’un tissu à paillettes dorées. Une technique d’habillage utilisée afin de ne pas détériorer la finition d’origine et de ne pas dénaturer la valeur de l’instrument.

 

Et enfin, bien qu’il y en ait encore pas mal d’autres, on va terminer avec la Tanagra, autre instrument original de – M-. Il s’agit d’une fabrication spéciale imaginée par un ingénieur Lillois qui s’appelle Charles Hanotte pour l’album ''Mister Mystère''. Avec un design qui rappelle les petits fantômes de Pac Man, c’est vraiment une guitare révolutionnaire car elle possède des capteurs sur chacun de ses pontets lui permettant de la sorte d’être banchées sur six amplis en même temps, ce qui donne bien entendu des possibilités acoustiques complètement folles.

De la folie douce, que l’on retrouve évidemment dans les spectacles de – M-, véritable troubadour du 21e siècle, qui marie admirablement des outils vintage avec des prouesses technologiques pour nous offrir des spectacles normes. Rendez-vous encore, le 20 juillet aux Francofolies de Spa, et le 2 août au Ronquières Festival pour nous en rendre compte. Voici le ''Complexe du Cron Flakes'', extrait de ce ''Grand Petit Concert'' comme il l’appelle.

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK