© Tous droits réservés

Temps de lecture...

À l’occasion du 50e anniversaire de cet album majeur de Yes, nous revenons sur sa réalisation.

Troisième album du groupe Yes, il sort le 19 février 1971. Il peut être considéré comme l’album qui va "sauver Yes". En effet, à cette époque, après avoir sorti deux albums qui passeront pratiquement inaperçus, Yes est dans un état critique et leur maison de disques commence à perdre patience…

Les deux précédents albums Yes et Time And a Word étaient loin d’être mauvais, mais Yes n’avait pas encore alors trouvé son propre style, un style qui leur permettrait de se démarquer des autres formations de rock progressif émergeant un peu partout en Angleterre.

Ce sera chose faite avec ce Yes Album qui est considéré par de nombreux fans et spécialistes comme le premier véritable album du groupe. On retrouve des excellents titres sur ce disque, des titres qui montrent très bien la direction musicale que le groupe va prendre dans les albums suivants (dont notamment les deux très célèbres Fragile et Close To Edge).

Début du "line-up classique"

The Yes Album est enregistré au Advision Studios de Londres entre le mois d’octobre et novembre 1970.

Le disque marque aussi l’arrivée du guitariste Steve Howe et le départ du guitariste Peter Banks (aucun lien avec Tony Banks de Genesis) qui finit par former son propre groupe, Flash, un peu plus tard.

Changement de musicien, mais aussi changement de producteur sur cet album, puisqu’on retrouve ici un certain Eddie Offord, personnage avec qui le groupe va sympathiser et qui sera derrière la production de la plupart des grands albums du groupe.

Autre changement à préciser sur cet album, maintenant Yes constitue plus que jamais un véritable groupe, chaque membre apporte alors sa pierre à l’édifice. De cette façon, alors que les deux précédents albums étaient dominés par les compositions de Jon Anderson et de Chris Squire, ici on retrouve plus d’équilibre, "Yours Is No Disgrace" est la première composition collective du groupe, le nouveau guitariste Steve Howe a aussi droit à ses propres compositions, bref il existe maintenant une sorte de démocratie de groupe.

Bill Bruford, le batteur de Yes à l’époque, nous offre ci-dessous un aperçu de l’enregistrement de l’album et nous prouve que ce "Yes Album" était un peu la dernière carte à jouer pour la formation. Heureusement il récoltera un grand succès. Ecoutez Bill Bruford nous en parler au micro de Laurent Rieppi.

 

Un producteur fidèle

Quelques mots sur le producteur de cet album Eddie Offord, un personnage qui deviendra un des piliers de l’aventure Yes.

Eddie Offord était alors un ingénieur du son des Advision Studios, il était employé par le studio pour enregistrer les groupes qui défilaient alors à l’époque.

Il portait un costume et une cravate, il était très "sérieux".

Seulement, alors qu’il avait un esprit très créatif et qu’il aimait expérimenter, il ne voyait pratiquement passé dans les studios que des groupes de pop. Il était ravi de rencontrer Yes, parce qu’il savait qu’avec eux, il allait pouvoir faire fonctionner son imagination et faire des expérimentations sonores.

C’était un producteur qui était notamment doué dans les techniques de "tape loops", ce qu’on appelait à l’époque un excellent "tape editor".

Eddie Offord travaillera avec Yes sur certains des plus grands albums de la formation ainsi qu’avec Emerson, Lake & Palmer. Retiré du business musical depuis de nombreuses années, il vit aujourd’hui une vie tranquille en Californie avec sa famille.

Un triomphe mais une unité fragile…

The Yes Album sauve Yes et permet à la formation de ne pas se faire lâcher par leur maison de disques. L’album connaît un grand succès et se classe à la 4e place des charts en Angleterre et fonctionne très bien également aux Etats-Unis.

La porte est donc ouverte aux chefs-d’œuvre que seront les deux albums suivants Fragile et Close To The Edge.

Lors de l’interview qu’il nous a accordée en 2006, le batteur Bill Bruford décrira l’ambiance de travail comme très "nerveuse". Déjà la situation du groupe était désespérée pour les raisons financières évoquées, mais les membres du groupe ne s’entendent pas vraiment bien.

Ils sont alors tous issu de milieux sociaux très différents. Il n’y a pas l’unité de quatre gars provenant du même endroit et qui partagent la même galère, comme on pouvait retrouver notamment chez les Beatles au début de leur carrière.

Les membres de Yes ont du mal à communiquer les uns avec les autres, ils souhaitent tous arriver à leurs fins de façon très différentes et sont très têtus.

De nombreuses disputes éclatent, il y a beaucoup de discussions tendues (notamment entre Bruford et Squire).

C’est d’ailleurs Bill Bruford qui proposera ensuite d’appeler l’album suivant Fragile, parce qu’il était alors convaincu que le groupe allait se séparer. Et après Fragile, suivra Close To The Edge parce que pour lui, la fin du groupe semblait imminente…