Les 50 ans de "Tumbleweed Connection" d'Elton John

Les 50 ans de "Tumbleweed Connection" d'Elton John
2 images
Les 50 ans de "Tumbleweed Connection" d'Elton John - © Tous droits réservés

Le 3e album d’Elton John, "Tumbleweed Connection"; fête son 50e anniversaire. L’occasion pour nous de revenir sur la création de cet album qui montre un Elton John qui a mûri depuis son premier album et qui s’apprête à conquérir le cœur du grand public...

Un Elton John encore méconnu du grand public

Il est nécessaire de préciser que malgré l’indéniable qualité de cet album, quand Elton John le sort en octobre 1970, il n’est pas encore la superstar qu’il va devenir 2-3 ans plus tard, notamment grâce au succès incroyable de l’album Goodbye Yellow Brick Road.

Comme ça avait été le cas pour l’album précédent, son second, qui était tout simplement baptisé Elton John, il va se rendre à nouveau aux célèbres studios Trident de Londres en compagnie du producteur Gus Dudgeon et d’une brochette d’excellents musiciens de studios. Nous sommes en mars 1970.

Parmi ces excellents musiciens on retrouve déjà le guitariste Caleb Quaye, le bassiste Dee Murray et le batteur Nigel Olsson qui ne tarderont pas à devenir des membres officiels de l’Elton John Band, band qui sera établi quelques années plus tard.

Mais outre ces musiciens qui finiront par devenir des fidèles, on retrouve aussi notamment ici le bassiste Herbie Flowers qui accompagnera également Bowie et Lou Reed (la superbe ligne de basse/contrebasse sur Walk on the Wild Side c’est lui), il y a aussi le bassiste Dave Glover, le batteur Barry Morgan ou encore le pianiste de jazz britannique Brian Dee.

La présence de Dusty Springfield

Elton John, qui n’est pas encore très célèbre, se paye cependant le luxe d’engager une de ses idoles absolues sur le disque : Dusty Springfield qui viendra ici assurer quelques chœurs.

Pour l’anecdote, Elton John expliquera un peu plus tard que Dusty Springfield a été sa première grande idole, il était abonné à son fan-club, et, dans sa chambre d’ado, les photos de la chanteuse recouvraient une bonne partie des murs.

Déjà la thématique du Far-West

L’album nous donne donc un très bon aperçu de l’énorme potentiel de l’artiste qui va "exploser" quelques années plus tard…

Sur cet album, la plupart des titres évoquent l’ambiance et l’histoire de l’Ouest américain, le Far West, un des thèmes favoris de Bernie Taupin, le fidèle parolier d’Elton John, qui est déjà de la partie à cette époque. Thème que le duo John/Taupin continuera à explorer par la suite.

Sur Tumbleweed Connection se retrouvent aussi une des plus belles compositions signées par le duo Taupin/John, il s’agit de "Country Comfort", un titre que Rod Stewart prendra beaucoup de plaisir à reprendre au tout début de sa carrière sur l’album Gasoline Alley en 1970.

A noter sur ce titre, le jeu de basse d’Herbie Flowers, typiquement 70’s.

Un son que l’on pouvait entendre sur les premiers enregistrements de Bowie, Lou Reed, ainsi que sur de Serge Gainsbourg ou encore Michel Polnareff

Burn Down The Mission

Autre grand moment de cet album, c’est "Burn Down The Mission" qui ne tardera pas à devenir un grand classique du répertoire d’Elton John.

Phil Collins rendra d’ailleurs hommage à ce superbe titre en le rejouant dans le cadre du "tribute album" consacrées aux compositions signées Elton John/Bernie Taupin, ce sera l’album "Two Rooms : Celebrating the Songs of Elton John & Bernie Taupin" sur lequel sera réunie une pléiade d’artistes (The Who, Eric Clapton, Joe Cocker, Tina Turner, Sting…).

Un avant-goût de la suite…

Si Elton John n’est encore qu’une star “underground” à la sortie de Tumbleweed Connection, il arrivera quand même à hisser son album dans le TOP 10 britannique et ce sans l’aide d’un seul single qui aurait pu être un moteur pour propulser les ventes.

C’est donc ici la qualité qui prime et le public très exigeant de l’époque ne s’y trompera pas…

Tumbleweed Connection est un grand album des années 70, un album que l’on prend toujours aujourd’hui beaucoup de plaisir à découvrir ou redécouvrir.

Lors des sessions d’enregistrement de celui-ci, Elton John aura l’occasion de boucler une première version du titre "Madman Across The Water" qui sera la plage titulaire de son album suivant. Cette première version de "Madman…" sera réalisée avec la complicité du guitariste Mick Ronson, celui qui deviendra ensuite le guitariste et bras droit de David Bowie durant la période Ziggy Stardust, 2 ans plus tard…

(A noter que cette version n’est pas présente sur la version originale de l’album mais bien sur la réédition "Deluxe", parue de nombreuses années plus tard).

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK