Les 50 ans d'"Abraxas" de Santana

"Abraxas" est le second album de Santana, un album sorti au mois de septembre 1970.
Après le passage à Woodstock et la sortie de son premier album, Santana bénéficie donc déjà d’une sérieuse réputation. C’est vraiment l’exemple type de groupe qui passe brutalement du stade d’inconnu illustre au stade de superstar du rock.

L’après Woodstock


Alors qu’il est devenu une star, Carlos Santana, guitariste et leader du groupe, peut se permettre quelques petits plaisirs. Il demande donc à son management une rencontre avec celui qui est alors son idole absolue : Jimi Hendrix.
Carlos Santana est aux anges, Hendrix dit qu’il adore Santana et une collaboration future est même envisagée (elle n’aura, malheureusement, jamais lieue, Hendrix décédant quelques mois plus tard).

Le célèbre Bill Graham est, à cette époque, le manager de Santana. Ce sont vraiment ses petits protégés. Graham en connaît un bout sur le rock et ses dérives et il espère que ses jeunes poulains ne vont pas tomber dans ces travers et gâcher leur succès naissant.
Graham prévient donc les membres de Santana et ceux-ci lui promettent de ne pas trop se la jouer rock star. Seulement, le temps passant, les musiciens oublient quelque peu leurs promesses et passent plus de temps à boire, à abuser de cocaïne et à coucher avec différentes groupies qu’à penser à l’avenir du groupe.


Après avoir terminé une tournée durant laquelle Miles Davis (une autre des idoles de Carlos) ouvrait pour eux, les musiciens de Santana commencent, quand même, tout doucement, à envisager de retourner en studio pour enregistrer leur second album.

Un son qui se précise


Seulement les rumeurs vont bon train concernant l’état "avancé" des musiciens du groupe et certains fans de musique ont peur du résultat que cela pourrait donner sur un nouvel album. Carlos Santana tente cependant de calmer les choses en annonçant, via la presse, que tout le monde est en forme et promet que le nouvel album sera encore meilleur que le précédent.

Si Carlos avait trouvé le son de l’album précédent particulièrement abouti, en le réécoutant, il se rend compte qu’il n’a pas encore réussi à obtenir le son qu’il souhaitait. Afin d’affiner le son du prochain album, Carlos Santana engage dans l’aventure un certain Fred Catero, un ingénieur du son/producteur qui a déjà bossé avec Dylan (et qui travaillera, bien plus tard, avec Metallica). Catero coproduira donc ce second album "Abraxas" avec Carlos Santana.
 

3 images
Les 50 ans d'"Abraxas" de Santana © Michael Ochs Archives

L’influence de Fleetwood Mac… et des Beatles !


En composant les morceaux de ce nouvel album, Carlo Santana et le reste du groupe vont beaucoup écouter l’album "Abbey Road" des Beatles.
Et la structure de l’album va beaucoup les inspirer, surtout la structure de la Face B où tous les morceaux enchaînés ne font qu’un. Pour Santana "Abraxas" doit suivre le même principe.
Le groupe entre en studio le 17 avril 1970. L’enregistrement se déroule au Wally Heider Recording Studio de San Francisco. Malheureusement, alors que les sessions viennent à peine de débuter, il commence déjà à y avoir de sérieuses disputes.

Gregg Rolie, chanteur et organiste (qui occupe alors une place importante dans le groupe) tente d’imposer la reprise du "Black Magic Woman" de Fleetwood Mac (qui deviendra un méga tube) mais le reste du groupe semble s’y opposer. Rolie arrivera à imposer cette reprise et il aura raison…

Une ambiance tendue

La mauvaise ambiance continue en studio. Cette fois, c’est Carlos Santana qui tente d’imposer deux titres sur l’album "Oye Como Va" et l’instrumental "Samba Pa ti", deux autres futurs grands classiques. Carlos est seul contre le reste du groupe qui fait s’unit contre lui. Il vit très mal cette situation…

A un moment, il explose et déclare aux autres : "Bon, ok les gars, soit on met ces deux morceaux sur l’album, soit vous vous lancez à la recherche d’un autre guitariste, c’est clair ?". Evidemment, les autres se calment directement et se mettent au travail…

Cependant, l’ambiance reste très lourde lors de l’enregistrement.

Grand succès et classique instantané

Les sessions d’enregistrement se terminent le 2 mai 1970 eu dureront donc une quinzaine de jours.


L’album, à sa sortie, est un carton. Il se classe à la première place des charts aux Etats-Unis et reste à la première position durant 6 semaines consécutives. En Angleterre l’album se classe dans le TOP 10 comme dans de nombreux autres pays européens. Si Carlos Santana est, d’une certaine façon, très satisfait par le succès, il n’en est pas moins déprimé par le fait que son groupe est en train de se désagréger…
Il expliquera des années plus tard : "Les morceaux d’Abraxas étaient diffusés en boucle sur toutes les radios aux Etats-Unis et pourtant j’étais de plus en plus déprimé, il m’arrivait souvent de pleurer. L’ambiance au sein du groupe se dégradait de plus en plus et mes amis, ceux avec qui j’avais grandi, étaient devenu des étrangers pour moi. La situation était vraiment pourrie. Tout le monde agissait de façon stupide et irraisonnée".


Suite à cet enregistrement assez chaotique, Carlos décide de se relaxer quelques jours en rejoignant ses amis de Jefferson Airplane pour les sessions d’enregistrement de l’album "Bark" (qui sortira en septembre 1971).


Carlos se sent tellement bien lors de ces sessions qu’il décide également de se lancer dans l’enregistrement de l’album solo de Papa John Creach qui est alors violoniste de Jefferson Airplane.


Quelques mois plus tard, Carlos Santana se lancera dans l’enregistrement du troisième album du groupe simplement et justement intitulé "Santana III", pour ce disque le groupe sera rejoint par un second guitariste, le jeune et brillant Neal Schon…

3 images
Les 50 ans d'"Abraxas" de Santana © Michael Ochs Archives
Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK