Le secteur de la musique déjà fortement impacté par le coronavirus

Le secteur de la musique déjà fortement impacté par le coronavirus
Le secteur de la musique déjà fortement impacté par le coronavirus - © dannikonov - Getty Images/iStockphoto

La facture risque d’être très salée, tant pour les artistes que pour les organisateurs.

Cela n’a pas pu vous échapper, les annulations et reports d’événements culturels se multiplient depuis le début de la semaine. Tous les concerts sont annulés jusqu’au 3 avril, impactant du même coup toute l’industrie.

La plupart des festivals sont aussi impactés. Deux des plus gros festivals américains, Coachella et South by Southwest, ont été reportés, entraînant d’importants manques à gagner pour les organisateurs, mais aussi les artistes censés s’y produire. Le festival n’étant pas couvert par l’assurance, il n’a pas pu indemniser une partie des employés en raison des énormes pertes engendrées.

Le festival est cependant d’une importance capitale pour bon nombre de musiciens émergents. Des milliers de jeunes artistes font le voyage jusqu’à Austin pour afficher leur travail auprès d’un public américain. Beaucoup d’entre eux lancent des campagnes de promotion et rajoutent des concerts peu de temps avant ou après leur visite au festival. Beaucoup sont autofinancés ou lancent un crowdfunding pour pouvoir financer ce voyage. Des pertes liées aux vols, à l’hébergement ou au matériel sont à déplorer… en plus d’une occasion manquée de se faire connaître. La plupart des artistes n’ont été informés qu’en dernière minute de l’annulation du festival.

Certaines alternatives sont cependant considérées. C’est le cas du club "The 100" de Londres qui se propose pour pallier l’annulation du South by Southwest.

"Lorsque l’annulation du festival a été annoncée vendredi dernier, il nous est rapidement apparu via nos conversations avec les groupes et fans que l’absence de festival entraînait des répercussions financières très importantes. Nous devions trouver un moyen de s’assurer que ces concerts puissent être donnés afin de soutenir notre communauté d’artistes émergents" a déclaré Meng Ru Kuok, PDG du NME.

"Cette perte pour Austin représente un gain pour Londres. Nous sommes heureux de pouvoir nous associer avec le "100 Club" compte tenu de son statut iconique et de son importance pour l’histoire musicale de la ville. Nous allons communiquer davantage de confirmations sur le line-up très prochainement."

Sam Craven, le responsable du club, a rajouté : "Beaucoup trop de groupes talentueux ont investi du temps et de l’argent pour jouer au SXSW, et nous voulons faire preuve d’empathie avec ce qu’ils ressentent à propos de l’annulation. Notre but a toujours été de soutenir des artistes de tout type. C’est vraiment un plaisir de s’associer avec le NME pour aider à mettre de la musique de qualité sous les projecteurs et apporter notre aide aux artistes impactés. Cela ne remplacera pas le festival, mais cela permettra d’avoir une formidable soirée permettant aux différentes formations de jouer devant des fans et de montrer ce qu’elles ont à offrir."

Toujours au Royaume-Uni, une pétition a été lancée par l’industrie afin de demander de l’aide financière au gouvernement, de nombreuses salles ayant déjà subi des pertes importantes suite aux nombreuses annulations liées au coronavirus.

La pétition précise : "l’industrie vaut plus de 14 milliards de livres sterling, et emploie plus de 500.000 personnes réparties entre 25.000 entreprises. Nous attendons tous avec une certaine appréhension les concerts à venir, incapables d’affirmer s’ils auront bien lieu ou non et comment y faire face économiquement. J’aimerais que le gouvernement apporte son aide aux entreprises et individus touchés en cette période critique."

Le chancelier de l’Échiquier Rishi Sunak avait annoncé la semaine dernière que chaque société dont la taxe foncière s’élève à moins de £51.000 ne paierait aucune taxe pour l’année à venir. Il estime que la mise en place de cette action gouvernementale pourrait épargner £25.000 à chaque entreprise concernée. Cela fait suite à une décision prise en janvier qui diminuait les taxes de 50% pour les petites salles, elle-même résultant d’une longue campagne née en réponse à la crise ayant impacté diverses salles lors de la dernière décennie. Plus de 35% d’entre elles avaient dû fermer.

La semaine dernière, 40.1% des salles interrogées déploraient déjà d’importantes pertes financières, tandis que 37,7% d’entre elles ont remarqué avoir vendu des billets non-utilisés. De plus, 19,1% des salles interrogées ont annulé une partie ou la totalité de leurs concerts. Les billets achetés en avance sont également en chute libre.

Le PDG de "Music Venue Trust", une œuvre de charité voulant protéger et améliorer les différentes salles anglaises, s’est dit surpris par ces chiffres : "Le secteur tourne déjà avec des budgets très serrés. Un changement de revenus de 3% à 5% serait déjà dramatique. Mais ici, plus de 40% des salles nous ont déjà fait part de pertes allant de 10% à 50% ! Les possibilités pour le secteur de survivre longtemps en subissant de telles pertes sont pratiquement nulles. Cela demande impérativement une intervention gouvernementale. En Italie, le gouvernement a pris la décision de suspendre les remboursements de crédits et la collecte d’impôts cette année. Nous avons besoin d’une mesure similaire au Royaume-Uni."

Il continue en pointant du doigt d’autres mesures entreprises par l’Europe afin de limiter les pertes non seulement pour les salles, mais aussi pour l’industrie de manière générale. "Des mesures sont prises pour l’industrie aéronautique, mais rien pour nous."

Enfin, il invite les fans de musique à suivre les conseils du gouvernement, et de confronter le coronavirus plutôt que de s’isoler : "Il est important de prendre en considération ce que disent les médias, la façon dont les gens perçoivent ces informations et l’impact qu’elles peuvent avoir dans nos vies. L’annulation du South By Southwest a fait les gros titres et je peux le comprendre, mais si 25% d’une salle de 300 personnes est vide, nous perdons de l’argent. Il n’y a pas plus de risque dans une salle de concert que dans un bus ou une salle de cinéma. Vous pouvez vous isoler si vous le voulez, mais ce n’est pas une très bonne idée. Vous n’êtes pas plus en danger au milieu d’un concert qu’au magasin ou à l’école. Il n’y a pas de risque spécifique au monde de la musique." a-t-il conclu.

L’artiste Katie Malco, qui devait se produire au festival South by Southwest, estime que l’impact sur le secteur culturel sera considérable cet été. "Je suis certaine que l’impact va se ressentir pendant plusieurs mois. Non seulement pour les musiciens eux-mêmes mais aussi pour les festivals qui ne parviennent plus à vendre de tickets et se voient contraints de tout annuler. Cela affecte tout le secteur. Pour un artiste comme moi, si votre tournée est annulée, vous n’êtes tout simplement pas payé."

Déçue et endettée, Malco dit comprendre la réaction des organisateurs compte tenu des événements : "Ils n’y sont pour rien. Je pense que leur réaction est justifiée et s’axe sur celles déjà prises partout dans le monde… Mais je dois dire que c’est dommage pour tous les artistes, et je ne suis pas seulement triste de ne pas pouvoir jouer mais aussi de ne pas pouvoir découvrir de nouveaux groupes chouettes."

L’infectiologue Daniel Griffin expliquait quant à lui l’importance de ces différentes annulations dans la lutte contre la propagation du virus : "Le virus est déjà répandu partout, et les concerts forment de vrais épicentres d’infection. Tant le nombre de personnes que la proximité entre celles-ci représentent un véritable danger. Nous pouvons imaginer une exception pour des événements à l’extérieur dans un cadre plus intimiste, mais ça s’arrête là. Une personne en contaminera en moyenne deux ou trois autres. Mais lors d’événements où tout le monde est confiné, cela peut prendre des dimensions bien plus importantes."

La situation vécue par Katie Malco n’est malheureusement pas un cas isolé. Un grand nombre d’artistes, mais aussi d’invités prévus pour animer diverses conférences risquent de sérieuses répercussions… voire la fin de leur carrière. De même que la ville d’Austin elle-même : près de 350 millions de dollars sont ainsi amassés grâce au festival, non seulement grâce aux artistes qui y assistent mais aussi grâce aux touristes.

Livenation et AEG ont également annoncé suspendre tous leurs concerts jusqu’à la fin du mois, entraînant des pertes importantes pour ces organisateurs.

Plusieurs acteurs du secteur entendent organiser des concerts plus proches des villes d’origine des différents artistes afin de limiter de grosses dépenses futures et éventuellement renflouer un peu les caisses. Cette initiative pourrait prendre la forme de showcases plus modestes et contournant les limites actuellement en vigueur, tout en permettant aux artistes de limiter les pertes.

Plus récemment, le président Donald Trump a pris des mesures draconiennes pour tenter d’endiguer la propagation rapide du virus en limitant un maximum les arrivées provenant de l’Union Européenne. Problème : cela pourrait empêcher le retour de certains artistes.

Si les voyageurs américains sont bien autorisés à rentrer chez eux, l’annulation de nombreux vols rend la chose beaucoup plus compliquée que prévu… Y compris pour les musiciens…
 

 

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK