Le parcours et les guitares de Duane Allman

Après un été qui nous a replongés dans l’ambiance ''Peace And Music'' due au 50e anniversaire du festival de Woodstock, place à une véritable étoile filante, située entre Hendrix et Clapton, rappelez-vous de ce virtuose, ce prince de la slide-guitare, que l’on surnommait : Skydog.
 

Skydog, Free Bird, ou Duane Allman, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a récemment refait surface dans l’actualité de ces jours derniers et ce, suite à la vente aux enchères de sa Les Paul ''Layla''. Certes devenue impayable pour le commun des mortels, cette Gibson Les Paul Goldtop de 1957 ne fut cependant qu’une six-cordes parmi d’autres sur la trentaine jouée par l’aîné des frères Allman durant sa courte carrière.

Disparu de manière prématurée, et dans les circonstances désastreuses d’un accident de moto alors qu’il n’avait que 24 ans, Duane Allman n’a pas eu besoin d’une grande couverture médiatique pour rentrer dans la légende du rock car, aujourd’hui encore et grâce à son immense talent, il est toujours considéré comme l’un des plus grands guitaristes de tous les temps.

Cette ville, célèbre pour ces annuelles concentrations de motards et les courses qui se donnaient encore sur la plage à l’époque, n’est peut-être pas étrangère à l’attirance que Duane Allman développa très tôt pour les deux roues à grosses cylindrées. Ainsi, dès les débuts des années soixante, alors que Greg de son côté s’offrit sa première guitare, Duane quant à lui, rebelle, intrépide, et un peu arrogant, fit l’acquisition d’une Harley 165 qu’il usa, paraît-il, jusqu’à la corde. Peu attiré par les études et influencé par son petit frère, le futur ''Skydog'' commença lui aussi à s’intéresser à la musique, entre autres, celle émanant des stations locales que crachotait la radio domestique. Les guitares qu’il entend vont carrément devenirs obsessionnels et c’est son petit frère qui, dans un premier temps, lui mit le pied à l’étrier en lui montrant les bases, avant que Jim Shepley, un de ses plus grands amis, ne lui enseigne les premiers morceaux.

Littéralement tombé sous le charme de BB King après un concert, Duane se montra un élève zélé et, empruntant trop souvent la Silvertone de son frangin au goût de ce dernier, sa mère finit par lui offrir sa première guitare, une Gibson Les Paul Junior de 1959.

Cette guitare, dotée d’une robe rouge translucide, l’accompagna au moins jusqu’en 1965, année où il l’aurait vraisemblablement mise en gage. Ce serait apparemment le chanteur Delaney Bramlett qui s’en fit acquéreur. Un achat qu’il présenta à Duane Allaman et ce dernier eut tôt fait d’y reconnaître son ancienne guitare grâce à une égratignure se trouvant au dos de l’instrument. Depuis, Bramlett la revendit à son tour et aujourd’hui, elle est entre les mains de Kunio Kishida, un musicien collectionneur japonais.

Avant d’attaquer la suite du parcours, et de découvrir les autres guitares passées dans les mains de Duane Allman, je vous propose de refermer ce premier épisode avec The Allman Joys, un des tous premiers projets qui réunissait Duane Allman et son frère Greg en 1966. Trois ans avant celle de Cream, voici leur propre version du célèbre Crossroads de Robert Johnson.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK