Le manager de Björk confirme #metoo

Embed from Getty Images

Le manager de Björk a soutenu la chanteuse suite à la réponse de Lars Von Trier à propos des accusations de harcèlement.

Le 16 octobre, la chanteuse et comédienne islandaise faisait part, dans un contexte d’actualité propice, d’un harcèlement dont elle a été victime de la part d’un réalisateur avec lequel elle a tourné au cinéma. Elle ne citait alors aucun nom, mais elle n’a figuré au casting que d’un seul film: “Dancer in the Dark”, du réalisateur danois Lars Von Trier, sorti en 2000.


Le réalisateur danois avait alors répondu rapidement à Björk en déclarant “que ce n’est pas ce qui s’est passé”, mais bien la version seule de l’actrice. Et il avait tout de suite enchaîné en rappelant la performance incroyable livrée par Björk, une des “plus incroyables de tous ses films”. Le co-producteur de Von Trier, Peter Aalbaek Jensen, avait ajouté: “aussi loin que je me souvienne, nous avons été les victimes. Cette femme était plus forte que Lars Von Trier, notre société, et moi réunis. "

Mais à présent, c’est le manager de Björk, Derek Birkett, qui a formulé via les réseaux sociaux, une nouvelle accusation pour "abus physique et verbal" envers sa cliente.

“Je travaille avec Björk depuis plus de 30 ans, et je n’ai jamais fait la moindre déclaration ou accepté la moindre interview à propos de notre travail commun, mais cette fois, c’est différent.”

“J’ai lu les mensonges écrits par Lars et son producteur Peter à propos de Björk, et je me dois de remettre les pendules à l’heure et de rétablir la vérité. En 30 ans de carrière, le tournage de Dancer in the Dark est le seul cas où elle s’est brouillée avec un collaborateur. "

“Et c’est le résultat du comportement des réalisateurs et producteurs, d’un abus irrespectueux verbal et physique, qui s’est poursuivi malgré ses demandes (et les miennes) pour que cela cesse. Björk a honoré son engagement et a continué le film, par respect pour tous ceux qui y étaient impliqués et le reste du casting. Mais je me dois de m’exprimer publiquement moi aussi et de soutenir Björk suite à cette terrible expérience de travail. Je confirme ses dires à 110%. "

Lars Von trier n’a pas encore réagi à cette nouvelle déclaration.

Björk avait publié le 18 octobre de nouvelles explications sur ses réseaux sociaux, au sujet du harcèlement sexuel qu’elle a subi.

Suite à cette réponse, ">Björk a repris sa plume virtuelle et a écrit :

"Dans l’esprit de #metoo, je voudrais tendre la main aux femmes partout dans le monde, par une description détaillée de mon expérience avec un réalisateur danois. Cela semble extrêmement difficile de rendre public quelque chose de cet ordre, surtout quand on est aussitôt ridiculisé par l’agresseur. Je comprends totalement celles qui hésitent, même depuis des années. Mais je sens que le moment est juste, maintenant que les choses pourraient changer. Voici une liste des évènements qui, je pense, tiennent du harcèlement sexuel.

1. Après chaque prise, le réalisateur se jetait sur moi et me tenait dans ses bras longtemps, en présence de toute l’équipe ou seul, et me serrait parfois pendant plusieurs minutes contre ma volonté.

2. Quand après deux mois comme cela je lui ai dit d’arrêter de me toucher, il a explosé et a cassé une chaise devant tout le monde. Comme quelqu’un qui a toujours eu le droit de caresser ses actrices. Puis il nous a tous renvoyés chez nous.

3. Pendant le tournage, il y a toujours eu des propositions et des suggestions sexuelles maladroites et imagées, alors que sa femme était parfois à côté de nous.

4. Pendant le tournage en Suède, il a menacé de passer de sa chambre à la mienne par les balcons au milieu de la nuit, alors que sa femme était dans la chambre à côté. Je me suis sauvée dans la chambre d’amis. C’est là que j’ai compris la gravité de tout ça et que j’ai tenu ma position.

5. Des histoires médiatiques inventées par ce producteur sur le fait que je serais difficile. Ça rejoint totalement les méthodes de Weinstein et des harceleurs. Je n’ai jamais mangé de chemise. Pas sûre que ce soit seulement possible. (Selon Pitchfork, Björk et von Trier étaient souvent en désaccord pendant le tournage de Dancer in the Dark, notamment sur les choix vestimentaires. A tel point que la chanteuse aurait déchiré une des robes et en aurait "mangé des lambeaux".)

6. Je n’ai pas accepté le harcèlement. Ça m’a valu d’être décrite comme difficile. Si être difficile c’est rester ferme face à de tels agissement, ça me va".

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK