Lars Ulrich retrouve ses racines danoises

"Quand je vois comment le monde tourne en ce moment, je me sens de plus en plus danois et en accord avec mes racines danoises", a notamment dit Lars Ulrich dans ce nouvel échange partagé cette semaine.

Il était l’invité de Tanya Holland, célèbre chef, femme d’affaires et auteur de livres de cuisine, basée à Oakland en Californie, dans le cadre de son podcast "Tanya's Table".

"J’aime l’Amérique", a poursuivi le batteur de Metallica. "J’y vis depuis plus de 30 ans, il y a presque 40 ans maintenant que j’ai emménagé ici, mais pour autant, je ne renie pas mes origines, et bien au contraire, j’en suis fier et heureux."

"Les gens me demandent "ah, tu vas retourner vivre au Danemark ? [avant la réélection de Donald Trump en 2016, Lars Ulrich avait annoncé qu’il retournerait y vivre s’il était réélu avant de se raviser] Mais je suis très heureux de vivre à San Francisco. J’aime la mentalité de la Bay Area et l’énergie créative qui habite le lieu. C’est ici que les gens inventent le futur, même au niveau technologique. Mais je dois avouer que je laisse plus de place aujourd’hui à la culture et l’histoire du Danemark qui continuent à façonner qui je suis aujourd’hui. "

La totalité du podcast est à retrouver ici :

 

Rappelons que Lars Ulrich est né au Danemark en 1963 et a emménagé à Los Angeles à l’âge de 16 ans, avant de rejoindre le groupe Metallica.

Lors d’une interview au média danois Ekstra Bladet en 2016, il avait déclaré : "Je suis citoyen danois à 100%. Je paye mes impôts aux Etats-Unis mais je ne peux pas voter en Amérique."

Interrogé sur son possible retour dans son pays natal, si Donald Trump remportait l’élection à l’époque, il avait répondu "Oui, certainement. Je pense parfois à retourner chez moi au Danemark. Je vais garder mon passeport danois tout près de moi, et si Trump devient Président et que les choses tournent mal, je pourrai partir directement à l’aéroport et demander si je peux rentrer à la maison."

Le père de Lars Ulrich vit toujours dans son pays d’origine. Et on peut dire qu’à 92 ans, il tient toujours la forme ! Torben Ulrich, connu en tant que poète, journaliste, peintre, acteur et athlète, est revenu à la musique pour un nouvel album intitulé Oakland moments : cello, voice, reuniting (rejoicing) avec la violoncelliste Lori Goldston.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK