Lady D’Arbanville

Lady D’Arbanville Cat Stevens
Lady D’Arbanville Cat Stevens - © Tous droits réservés

Ce vendredi, Axel du Bus vous explique la réelle signification du morceau : Lady D’Arbanville de Cat Stevens

Il y a des chansons comme ça… Des tas… Des chansons dont on connaît les deux trois premiers mots puis plus rien. Ou alors des nananananana. Prenez Lady D’Arbanville, de Cat Stevens. Qu’y a-t-il après les trois premiers mots, My Lady D’Arbanville, à part vos nananananana ? Allons voir.

Le chanteur s’étonne et se lamente du sommeil si profond de sa belle. Tu as l’air si froide ce soir, you look so cold tonight, tes lèvres sont comme l’hiver, your lips feel ike winter, ta peau est devenue blanche, your skin has turned to white… Pourquoi me fais-tu tant de peine, ton cœur semble si silencieux. Puis plus loin, je t’ai aimé, même si tu reposes dans ta tombe, je serai toujours avec toi.

Gasp ! Cette femme serait-elle morte ? Mais non ! Comme d’habitude, il faut voir un peu plus loin que les simples mots. Cat Stevens n’est pas à la morgue en train de contempler un cadavre. La mort est une métaphore, c’est l’histoire qui nous le dit. À la fin des années 60, Cat Stevens rencontre Patti D’Arbanville lors d’une fête où traînent pas mal de musiciens, genre Eric Clapton, Steve Winwood, Jack Bruce ou Jimmy Page. Patti D’Arbanville fait alors le mannequin et l’actrice. Ils commencent à se fréquenter, mais le métier de Patti l’appelle aux quatre coins de la planète. À Londres elle est à ses côtés, mais le reste du temps… Après un an, Stevens veut s’investir plus sérieusementdans le couple. Peut-être trop. Et peut-être trop tard...

Un jour, alors qu’elle est à New York, elle entend la chanson à la radio. Le coup de massue. « Steven – son vrai prénom – a écrit cette chansonquand je suis partie pour New York. J’étais partie pour un mois. C’était quand même pas la fin du monde non ? Mais il a écrit cette chanson ‘Ma Lady d’Arbanville, pourquoi dors-tu si calmement…’ C’était moi en morte !  J’étais à New York et lui me voyait dans un cercueil ! Je lui manquais tellement… C’est une chanson triste. Je me suis mise à pleurer quand je l’ai entendue. Mais c’est à ce moment que je me suis dit que c’était vraiment la fin de notre histoire. »

Voilà, une situation assez classique. Une personne hypersensible d’un côté, et de l’autre, quelqu’un épris de liberté et avide de voir le monde. Pour la première, l’éloignement ne peut être supporté que s’il est figuré au mieux que comme une ‘non-existence’ ou au pire, comme une mort.

Quelques mois après leur séparation, qui était devenue inévitable, Cat Stevens revient avec le non moins célèbre Wild World, dans laquelle il donne des conseils à une personne qui l’a quitté pour découvrir le grand monde. Et ses dangers. Stevens a toujours crié haut et fort qu’il s’agissait d’une chanson sur lui-même, il tentait de revenir dans le coup après sa maladieet se prévenait lui-même du danger de perdre le contact avec la réalité. Mais on ne peut s’empêcher de penser que ces avertissements sont adressés en réalité à Patti D’Arbanville, qui l’a quitté pour faire carrière dans le show business. Ne fût-ce qu’à cause du mot ‘girl’ qui revient à plusieurs reprises…

Patti D’Arbanville poursuit aujourd’hui sa carrière de comédienne. Vous l’avez peut-être vue récemment dans les séries New York 911 et Rescue Me, ou dans World Trade Center d’Oliver Stone. Elle semble avoir bien écouté les conseils de son ancien amant…

 

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK