Ladies in Rock : Beth Hart, bad woman Blues

ladies in rock
2 images
ladies in rock - © Beth Hart

Tatouages, mâchoire carrée, voix corsée, Beth Hart chante avec ses tripes. L’Auteure compositeur interprète américaine puise ses inspirations dans le gospel, la soul, le blues, le jazz et le rock. Véritable phénomène sur scène, Beth a livré bataille pendant de nombreuses années contre la drogue et l’alcool. Devenue complètement sobre, elle est reconnue comme l’une des plus grandes voix actuelle.

Retrouvez la suite ce vendredi soir entre 21 et 22 heures sur Classic 21, en ROD sur Classic 21.be et Auvio ainsi que dans le Télépro de cette semaine.

Beth Hart est née en Californie le 24 janvier 1972. Elle joue du piano dès ses 4 ans. Beethoven lui donne goût à la musique. A 5 ans, son père est condamné en prison pour trafic de stupéfiants. Ses parents divorcent à la libération de ce dernier et Beth plonge à son tour dans la drogue. A l’école secondaire des Arts de la scène de Los Angeles, elle étudie le chant classique et le violoncelle. Âgée de 14 ans elle commence à écrire ses chansons. Elle avait déjà composé de la musique très jeune, avant même d’écrire des textes. Pas du classique, ni du jazz, ni du rock ou de la pop. C’étaient ses chansons à elle ! N’étant jamais parvenue à se discipliner, elle a continué à mélanger les genres. Férue de musique classique, Beth avoue préférer Beethoven à Mozart, ses modèles féminins sont quant à eux : Etta James ou Aretha Franklin. A 20 ans Beth perd sa sœur aînée, atteinte de la maladie du sida. Beth s’enfonce alors un peu plus dans les drogues dures.

En 1993, elle fréquente régulièrement les clubs de Los Angeles où elle se produit et se fait repérer en gagnant un concours ''Star Search''. Elle est révélée en 99 avec le titre ''LA Song (Out of this Town)'' diffusé dans la série Beverly Hills, 90210. Ce titre atteint la sixième place des charts. Pourtant elle explique que le succès ne l’a jamais aidée. Les prières, un thérapeute, une médication contre la bipolarité, un entourage attentionné, un mari aimant…, voilà ce qui a chassé ses démons. Car Beth réussit à devenir totalement sobre en 2004.

En 1999 elle incarne dans la comédie musicale Love, Janis Joplin, basée sur la correspondance entre Janis Joplin et sa mère. Un rôle qui lui colle à la peau ; même voix, même puissance et exubérance.
En 2011, l’album "Don’t Explain" l’a révélée au public européen, excellent album de reprises blues/rock avec le guitariste Joe Bonamassa. L’année suivante, Jeff Beck la recrute pour chanter un titre lors d’un hommage à Buddy Guy, devant le couple Obama qui l’ovationne. Elle collabore ensuite et partage la scène avec les plus grands guitaristes tels que Slash, Jeff Beck ou encore Buddy Guy. Les deux albums ''Don’t Explain'' (2011) et ''Seesaw'' (2013) réalisés avec Joe Bonamassa sont nominés au Grammy dans la catégorie Meilleur album Blues.

Quand la presse la compare à Amy Winehouse elle est touchée, mais ayant elle-même souffert d’addictions aux drogues dures, de boulimie et d’anorexie, elle se demande, comme le font apparemment les survivants d’un écrasement d’avion, pourquoi Amy n’a pas survécu alors qu’elle, si. Sa rencontre avec son mari Scott Guetzkow devenu son road manager a été déterminante.

En septembre 2019 elle sort ''War in My Mind''. Un nouvel album, dans lequel elle aborde ouvertement ses démons intérieurs et fait partager au public les réussites et les échecs de sa vie. ''J’exprime toujours des choses très personnelles. Non pas parce que j’en ai envie, mais parce que j’en ai besoin.'' Une artiste à voir impérativement en live ! Elle sera à L’Olympia les 29 février et 1er mars 2020.

 

Delphine Ysaye vous présente un portrait de ces icônes féminines qui ont marqué le monde du rock le vendredi de 21h à 22h. De Patti Smith à Debbie Harry, en passant par Janis Joplin, toutes ces femmes ont laissé une trace indélébile dans l’histoire de la musique que Delphine Ysaye mettra en lumière durant cette saison.

En partenariat avec

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK