Ladies in Rock : Beth Gibbons, la Voix de Portishead

En 1994 sort l’album fondamental du trip-hop "Dummy". Beth Gibbons est propulsée malgré elle au rang de star. Discrète et timide Beth irradie lorsqu’elle est sur scène. Derrière une silhouette fragile se cachent une force étonnante et une grande sensibilité.

Si Beth s’est mise à chanter c’est pour éviter la dépression nerveuse certainement pas pour être connue. " J’ai souvent l’impression qu’il y a deux Beth Gibbons : la première, publique, qu’on voit dans les journaux. Et l’autre, que personne ne reconnaît jamais dans la rue, la fille de la campagne qui a grandi au milieu des vaches. Moi, je ressemble aux femmes de ma région, pas à Madonna… "

En effet Beth Gibbons est née le 4 juillet 1965 dans la région d’Exeter, en Angleterre. Elle y mène une vie simple, ses parents sont agriculteurs. Ils divorcent lorsqu’elle est petite. Beth reste avec ses sœurs et sa mère pour travailler dur à la ferme. A la fin des années 1980, elle décide de quitter cette vie rurale en espérant pouvoir vivre de son art. Elle se rend à Bristol où elle vit de petits boulots tout en parvenant à se produire seule sur quelques scènes locales. Beth est alors passionnée par la folk et le blues, elle aime Billie Holiday et Karen Dalton.

Retrouvez la suite ce vendredi soir entre 21 et 22 heures sur Classic 21, en ROD sur Classic 21.be et Auvio ainsi que dans le Télépro de cette semaine.

video

En 1991, Beth rencontre dans une agence pour l’emploi Geoff Barrow, musicien. À cette époque Geoff est assistant ingénieur du son et travaille à l’enregistrement du premier album de Massive Attack, ''Blue Lines''. Il désire monter son propre groupe, il s’associe avec Beth, Adrian Utley et Dave McDonald. Portishead qui est le nom du village d’enfance de Geoff vient de naître. Leur premier album "Dummy" frappe les esprits dès sa sortie. Cet album fait désormais partie de ces disques charnières, chef de file d’une nouvelle scène ; le Trip-hop made in Bristol. Le résultat est un mélange de basses, de rythmes hip-hop lents, d’orgues Hammond et de samples. Le chant magnifique poétique et plaintif de Beth donne un cachet unique à cet album. Portishead remporte dès lors tous les suffrages et le disque décroche le prestigieux Mercury Music Prize en 1995 devant Oasis, Pulp et PJ Harvey.

Portishead part en tournée mais joue peu de dates au regard de leur notoriété naissante. Le groupe discret fréquente peu les médias. Ils décident de se retirer de la scène pendant trois ans, jusqu’à leur second album éponyme, ''Portishead'', sorti en 1997. Malgré sa qualité ce deuxième album se vend moins bien.

Beth Gibbons décide, en 98, de s’octroyer une pause afin de se consacrer à un projet plus personnel. Elle retrouve Paul Webb, ancien bassiste du groupe Talk-Talk pour un projet qui voit le jour en 2002 "Out of Season" par Beth Gibbons & Rustin Man, le pseudo que s’est choisi Webb. Cet album casse l’image de la chanteuse torturée et montre une artiste apaisée. Un registre folk à l’élégance rare. Splendide.

En 2008, Portishead publie ''Third'' leur troisième album. Beth explore des territoires parfois violents, souvent rock, en tout cas éloignés des registres jusqu’alors explorés, confirmant le potentiel toujours intact de sa voix.

Beth très discrète sur sa vie privée réapparaît en 2019 avec un projet très audacieux. Elle propose sa première performance en tant qu’interprète lyrique, s’attaquant à la plus fameuse partition pour soprano et orchestre de Henryk Górecki, la ''Troisième Symphonie'', dite "des chants plaintifs". Beth Gibbons s’offre l’Orchestre Symphonique Nation de la Radio polonaise, dirigée par Krzysztof Penderecki. Cette œuvre de rupture du compositeur polonais reste à ce jour le plus gros succès d’une œuvre nouvelle de l’histoire de la musique classique. Pour ce projet Beth a appris à chanter en polonais. Un projet de taille, qu’elle a préparé pendant plusieurs années.

Beth Gibbons une voix écorchant le cœur et les tripes privilégiant le qualitatif au quantitatif. Une très grande Lady.

Delphine Ysaye vous présente un portrait de ces icônes féminines qui ont marqué le monde du rock le vendredi de 21h à 22h. De Patti Smith à Debbie Harry, en passant par Janis Joplin, toutes ces femmes ont laissé une trace indélébile dans l’histoire de la musique que Delphine Ysaye mettra en lumière durant cette saison.

En partenariat avec

Télépro

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK