La pandémie n'arrête pas Roger Waters face à Donald Trump

Même la pandémie n'empêchera pas Roger Waters de s'en prendre à Donald Trump. Durant une projection du film "Us + Them" plus tôt dans l'année, il avait qualifié de Président des Etats-Unis de "destructeur de masse de tout ce qui pourrait être de l'amour."

Maintenant, depuis son home studio où il est confiné, il a repris "The Right to Live in Peace" en protestation contre les autocrates comme Trump.

"Ceci est pour les gens de Santiago & Quito & Jaffa & Rio & La Paz & New York & Baghdad & Budapest et partout ailleurs où l'homme nous veut du mal", explique Roger Waters dans cette version du titre originellement enregistrée en 1971 par Victor Jara, artiste folk chilien et activiste tué par le dictateur Augusto Pinochet. "The Right to Live in Peace" est devenu récemment un hymne protestataire contre le Président Sebastian Pinera.

Dans cette relecture, Roger Waters a légèrement modifié les paroles: "From my cell in New York City/ I can hear the casarolazos/ I can smell you Pinero/ All fucking rats smell the same" peut-on entendre, "So beware Bolsonaro, Giuido and Modi and Trump," continue Roger Waters. Dans la vidéo maison, Roger Waters crache littéralement sur leurs noms.

Roger Waters, qui attend de pouvoir reprendre sa tournée interrompue par la pandémie, s'était aussi exprimé la veille en soutien à John Prine, également hospitalisé à cause du coronavirus en ce moment.

Les initiatives musicales depuis les maisons des artistes continuent à se multiplier. Carole King a posté plus tôt une vidéo sur sa page Facebook pour soutenir ses fans pendant le confinement obligatoire.  

De nombreux artistes continuent à soutenir le moral de leurs fans via les réseaux sociaux, comme Neil Young, Paul Simon, Joan Baez et Elvis Costello. Billie Joe Armstrong organise des sessions depuis chez lui, Metallica partage un live exclusif chaque semaine, Michael Stipe continue même à proposer des nouveautés en solo depuis chez lui, Elton John a organisé un événement en ligne avec Dave Grohl, Billie Joe Armstrong, et bien d’autres…

On pense aussi aux séquences "In my Room" avec Graham Nash, John Fogerty, ou Brian Wilson, et ce duo père/fille chez les Mustaine sur une reprise des Beatles.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK