La Muerte

the legacy
the legacy - © Tous droits réservés

La Muerte… De sa monstrueuse reprise de "Wild Thing" en 84, qui fit dire à Gilles Verlant dans "Le Vif" qu’il donnait 6 mois à La Muerte pour devenir une légende internationale, jusqu’à "Raw" le live d’adieu dix ans plus tard, le parcours est sans faute.

Il n’y a pas beaucoup de belges qui ont été encensés aussi bien par le magazine Spin aux USA que par Rock & Folk en France et le NME en Angleterre. Et à avoir eu les honneurs d’une session John Peel à la BBC. Une tempête sonore qui souffle de Bruxelles à Barcelone, de Londres à Prague. La musique est sauvage et radicale, elle déclenche autant de rejet que de fascination.

La Muerte est passé cinq fois à Rock à Gogo, entre 88 et 95. Il y eut notamment une rencontre forte avec les gens de Front 242. La Muerte et Front sont censés s’opposer, guitares contre machines , en apparence tout les sépare au niveau style , on va déconstruire tout ça, car ce qui les réunit, c’est leur volonté d’aller au bout de leurs créations, leur côté cri primal organique !

Un autre soir, ils quittent le studio et croisent dans le couloir les irlandais de Therapy ? qui, eux, arrivent. Question du chanteur, Andy Cairns, c’est qui ces gars là, leurs têtes me dit quelque chose… Réponse : un groupe belge, La Muerte. "La Muerte ! On adore, ils sont grands !"

Plus tard, Marc de Marais le chanteur vint présenter ses horror movies décapants et Dee J le guitariste amena les productions de son label Watts On Records. Et aujourd’hui ils se font plaisir avec une nouvelle équipe de choc composée d’admirateurs de longue date, citons Tino, le bassiste de Channel Zero, Kirby, le guitariste de Deviate et Lenght of Time. Deux autres groupe légende du " heavy rock " d’ici…

Et je suis bien content, La Muerte est en concert à l’Ancienne Belgique le 7 mars, ça va secouer…

La légende continue. La Muerte est de retour.

Late night aftershow de My Diligence à l' ABClub. Plus de l'info via ce lien.

1984 - révélé par ‘The Surrealist Mystery’, leur premier EP sur lequel on retrouve leur version légendaire de ‘Wild Thing’, La Muerte secoue la scène rock belge.

Décrit comme le lien manquant entre Salvatore Dali et The Stooges, le groupe marquera les esprits durant 10 ans, parcourant l’ Europe entière de Barcelone à Prague, en passant par Paris, Londres ou Amsterdam, secouant les passions et suscitant autant d’amour que de haine, mais jamais l’indifférence. De nombreux albums sortis en Europe, aux States ou encore au Japon, un légendaire ‘Single of the Week’ dans le NME, une session chez l’immense John Peel, et en guise de révérence, la sortie de ‘Raw’ en 1995, live incendiaire et ultime testament. Un parcours sans faute !

Jeudi 12 février : Rock délires en terre de Liège

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK