La Bourse voit la vie en rose

chronique economique
chronique economique - © Tous droits réservés

Après avoir broyé du noir fin 2018, la Bourse est redevenue très optimiste depuis quatre mois. Pourquoi ce changement d’humeur ?

En ce début du mois de mai, les investisseurs se demandent ce qu’il faut penser de la Bourse ? Il faut dire que le comportement de cette dernière laisse perplexe même les plus blasés d’entre eux… Rappel des faits : au dernier trimestre 2018, tout le monde courait se mettre aux abris, la Bourse était chahutée et les indices boursiers avaient touché le fond le 24 décembre. Comme veille de Noël, il y avait mieux en effet… A l’époque, les Bourses étaient devenues nerveuses, car les taux d’intérêt étaient en train de remonter aux États-Unis. La banque centrale américaine avait décidé de durcir le ton en relevant son taux d’intérêt directeur et il y avait aussi la crainte d’une tombée en récession de l’économie américaine. Comme l’économie américaine est en croissance depuis presque dix ans, certains investisseurs se sont rappelé que les arbres ne grimpent pas jusqu’au ciel et donc cette hausse devait bien se terminer un jour…

Voilà pourquoi les indices boursiers ont plongé du nez au cours du dernier trimestre 2018 ; de quoi dégoûter les investisseurs qui avaient vu tous les gains de l’année 2018 être effacés en quelques semaines. Beaucoup d’investisseurs particuliers sont d’ailleurs sortis de la Bourse pour se mettre à l’abri. Mais avec le recul, et quand je parle de recul, je ne parle que des 4 derniers mois, ils doivent s’en vouloir d’avoir paniqué car la Bourse américaine a effacé toutes ses pertes de l’année 2018. Si on prend l’indice phare de la Bourse de New York, le fameux S & P 500, l’indice qui reprend les 500 plus grosses sociétés cotées aux États-Unis, cet indice a grimpé de 25% depuis le 24 décembre dernier ; autrement dit, il a progressé de 25% depuis son point le plus bas de l’an dernier. C’est en soi un exploit.

Et pourquoi ce virage à 180 ° ? Parce que le président de la banque centrale américaine a pris peur, il a compris que les hausses des taux, qu’il avait provoquées, étaient trop brusques et arrivaient trop tôt. Bref, il a calmé les investisseurs en leur disant qu’il n’augmenterait pas ses taux d’intérêt. Pire encore, certains estiment qu’il pourrait même les faire baisser !

Le résultat de cette volte-face monétaire, c’est que les investisseurs sont passés du mode panique de la fin 2018 au mode optimiste en l’espace de 4 mois à peine. Comme toujours dans ces cas-là, personne n’est capable de nous dire si cet optimisme boursier est fondé ou si c’est un feu de paille. Dans le doute, la plupart des banquiers privés disent à leurs clients de rester prudents. Normal, ne dit-on pas qu’il faut être prudent lorsqu’on est perdu ?

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK