L'effroyable fin de Tom Pryce

racing memories
racing memories - © Tous droits réservés

Nous sommes le 5 mars 1977. Tom Pryce n’a que 27 ans. Avec sa gueule de gentil truand, le Gallois, malgré son expérience de 40 Grands Prix chez Shadow, n’a pas encore eu l’opportunité de se montrer sous son meilleur jour. Grandiose sous la pluie, il signa une pole à Silverstone en 75 et obtint deux podiums, dont le premier à Zeltweg dans le déluge.

Le fantasque Jean-Pierre Jarier fut son principal équipier mais il quitta l’écurie fin 76. Pryce devint chef de file. Nous sommes au troisième Grand Prix de l’année, à Kyalami en Afrique du Sud. Le mercredi, sous les hallebardes, Pryce se rappelle aux bons souvenirs de tous. Mais il fait sec lors des qualifications et le Britannique chute en 15e position. Et puis, l’effroyable va se produire. La voiture de l’équipier de Pryce, Renzo Zorzi, est en proie aux flammes et deux commissaires, n’écoutant que leur courage mais, inattentifs, traversent la piste à toute pompes, munis d’extincteurs de 25 kilos. Pryce ne peut éviter l’un d’eux, 19 ans, et le pilote est décapité par l’extincteur. La Shadow poursuit sa course folle et percute la Ligier de Jacques Laffite. La F1 a perdu un artiste qui n’avait pas encore déployé l’intégralité de sa palette.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK