L'assassin de Lennon est honteux

L'assassin de Lennon est honteux
L'assassin de Lennon est honteux - © Tous droits réservés

Mark David Chapman, l’assassin de John Lennon en 1980, regrette son geste.

"Après trente ans, je sais maintenant ce qu’est la honte et je la ressens... un peu plus chaque année", a-t-il confié lors d’une audition en août.

Une transcription de celle-ci a été dévoilée aujourd’hui. Il a évoqué les événements du 8 décembre 1980, alors qu’il avait d’abord demandé un autographe au Beatle devant sa maison, avant de le tuer quelques heures plus tard.

Il a avoué avoir hésité, surpris par la gentillesse de John Lennon, mais “était déjà trop engagé pour faire marche arrière” : "je me souviens m’être dit " allez, tu as l’album, il l’a signé, c’est bon, rentre chez toi maintenant. Mais je ne pouvais pas."

"Ce meurtre manquait de sens, je voulais juste faire parler de moi et je n’avais rien à lui reprocher personnellement." Il avait cependant choisi d’utiliser une balle à pointe creuse, plus meurtrière qu’une balle ordinaire." J’avais gardé ces balles pour m’assurer qu’il n’en réchappe pas. Je ne voulais pas qu’il souffre. "

Mark Chapman a retrouvé la foi en prison. Il y nettoie, peint, mais sent que cet acte rageur le suivra même après la mort.

En août dernier, la cour a refusé pour la 10e fois la liberté conditionnelle de Mark Chapman, l'assassin de John Lennon : à 63 ans, Mark Chapman restera derrière les barreaux après son appel en justice rejeté à New York. 

Il a été condamné à perpétuité après avoir tiré sur l'icône des Beatles à l'entrée de son appartement à New York en décembre 1980. Comme il avait plaidé coupable, une liberté conditionnelle aurait pu lui être accordée après 20 ans mais lui a toujours été refusée.

Chapman, qui avait précédemment affirmé qu'il avait tué John Lennon pour s'assurer une gloire éternelle, devra attendre encore deux ans avant de pouvoir à nouveau faire appel.

L'avant-dernier avait été émis en 2016 et ensuite refusé. Il pourra soumettre sa prochaine demande en 2020.

La commission des libérations conditionnelles a expliqué pourquoi elle souhaitait qu'il reste dans sa prison à la Wende Correctional Facility: "vous avez admis avoir planifié soigneusement et exécuté le meurtre d'une personne célèbre dans le monde entier pour aucune autre raison que celle de gagner en notoriété."

"Alors qu'aucune vie n'a plus de valeur qu'une autre, le fait que vous ayez choisi une personne qui était non seulement aimée et reconnue dans le monde entier par des milliers, et sans compter la douleur et la souffrance que vous avez infligé à sa famille, ses amis et tant d'autres, vous avez fait preuve d'un mépris insensible au caractère sacré de la vie et à la peine et à la souffrance des autres."

Il est probable que la veuve de Lennon, Yoko Ono, ait à nouveau plaidé contre la demande de libération de Chapman car celle-ci envoie une lettre à la commission à chaque fois qu'il part en appel.

Elle affirme que sa libération la menacerait directement elle et les enfants de Lennon, Julian et Sean.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK