Johnny Hallyday : les hommages

Suite à l'annonce du décès de Johnny Hallyday, de nombreuses célébrités lui rendent un dernier hommage sur les réseaux sociaux ainsi que dans les médias.

Johnny Hallyday, la légende du rock français, est mort à l'âge de 74 ans : le dossier RTBF

 

Renaud

pour Paris Match :  "La France a perdu une légende et moi un ami. Je ne fais que pleurer devant ma télé, il ne nous quittera jamais. Il était LA star de la chanson, du rock et du cinéma. Immense tristesse…"

"Si j’avais su que je l’aimais autant, je l’aurais aimé d’avantage".

Jean Louis Aubert

Ed Sheeran

" Désolé d'apprendre la mort de Johnny Hallyday. J'ai eu l'honneur de jouer avec lui, et c'était un vrai gentleman. Pensées pour sa famille et ses proches. "

Lenny Kravitz

Muse

"Au revoir, Johnny. Tu es une légende. RIP" (Johnny était le voisin de Matthew Bellamy).

Eddy Mitchell

"J'ai perdu plus qu'un ami, j'ai perdu mon frère" , a déclaré à l'AFP le chanteur Eddy Mitchell, après la mort de Johnny Hallyday, décédé à 74 ans des suites d'un cancer des poumons dans la nuit de mardi à mercredi. Amis depuis l'adolescence, ils ont commencé dans la chanson au début des années 1960 et chacun a mené une carrière aux sommets des hit-parades français. En 2014, ils ont formé avec leur ami Jacques Dutronc les "Vieilles Canailles" pour une série de concerts, avant de se reformer en juin et juillet pour ce qui furent les dernières représentation de Johnny Hallyday.

Embed from Getty Images

Francis Cabrel

Veronique Sanson

Michel Polnareff

sur BFM TV : "Je ressens une immense tristesse, mais en même temps je me sens à la fois triste et libéré car il souffrait énormément. Et on n'aime pas voir souffrir ceux qu'on aime. Il sera toujours avec nous (...) Il a toujours été un héros. C'est quelqu'un qui nous a beaucoup inspirés, qui avait une force de caractère hors norme. Il était un grand exemple pour nous tous. J'ai les larmes aux yeux en le disant, mais, vraiment, on l'aime".

Hugues Aufray

sur RTL : "Il avait endossé ce personnage du rebelle avec cette chanson. Elle lui a porté chance toute sa vie. Aujourd'hui je suis forcément peiné", a-t-il déclaré, saluant "un héros". "On est tous tristes évidemment. Mais je suis fier qu'il ait chanté jusqu'au bout".

Sylvie Vartan

à l'AFP : "Comme toute la France, mon cœur est brisé. J'ai perdu l'amour de ma jeunesse et rien ne pourra jamais le remplacer",

Embed from Getty Images

Antoine

sur BFM TV : "On a tous quelque chose de Johnny. Adolescent, j'avais été à la sortie des théâtres pour avoir un autographe. Il est le premier qui a secoué ça, qui a dit 'nous les jeunes, on veut dire quelque chose'. (...) Il a apporté tout d'un coup que des jeunes puissent se reconnaître en lui. Il a été l'idole des jeunes puis après l'idole de tout le monde".

Christophe

à l'AFP : "Je suis très affecté par la disparition de +Jo+, de +l'Ange de la scène+. C'est vrai... ce n'est pas facile à digérer. Je garderai des délicieux souvenirs de moments passés avec lui. J'ai toujours aimé l'homme. Non pas pour ce qu'il nous a apporté de l'Amérique comme j'ai pu lire en haut lieu, mais pour ce Johnny hyper-généreux, qui vivait à 400 à l'heure, qui a donné tant de magie, d'amour et de plaisir à beaucoup de Français. Paix et lumière".

Julien Clerc

Michel Fugain

à Le Québec Matin : "Pour notre métier, c’était le boss" "La France est en deuil, mais on s’y attendait. On s’était fait à l’idée que de toute façon, ça n’allait pas durer longtemps" selon lui, la star du rock hexagonal était "en sursis". '' La France perd un artiste incroyable, un vrai saltimbanque".

 

Charles Aznavour

 à l'AFP : ''Après quelques décennies, je suis à nouveau frappé douloureusement par une étrange coïncidence, la disparition de quatre personnages hors du commun, qui dans l'espace d'une nuit nous quittaient. Édith Piaf et Jean Cocteau (morts à un jour d'intervalle, en octobre 1963), et aujourd’hui Johnny Hallyday et Jean d'Ormesson, deux de ma famille artistique et deux de mes maîtres à penser qui resteront à jamais gravés dans mon cœur et dans mon esprit.''

Michel Sardou

à l'AFP : "Gardons-le dans notre cœur, comme nous chérissons notre jeunesse" "Johnny a été courageux jusqu'au bout. Malheureusement, il y a des combats qu'aucun homme, aussi fort soit-il, ne peut gagner.   Souvenons-nous des grands moments qu'il nous a offerts.

Sheila

Brigitte Bardot

sur son compte Twitter : "Je suis sous le choc ! Johnny, c’est un monument ! C’est la France !   C’est toute une époque qui disparaît à jamais avec lui, en emportant nos plus beaux souvenirs."

Gerard Depardieu

Jean-Paul Belmondo

"J’ai appris tôt ce matin la disparition de Johnny, je suis totalement bouleversé par sa disparition, je pense non seulement à lui et à nos souvenirs mais aussi à Laeticia et ses enfants. Qu’ils croient tous à ma très profonde tristesse"

Nathalie Baye

sur son compte Instagram :  ''Mon chagrin est immense'', a écrit l'actrice sous un cadre noir mis en ligne.

Ex-compagne de Johnny Hallyday et mère de leur fille, Laura Smet

Claude Lelouch

sur RTL : "J'ai filmé son dernier concert en solo à Vienne pour le film (Chacun sa vie en 2017). Et puis j'ai filmé sa dernière séquence avec Jean Dujardin et Antoine Duléry. Et j'ai filmé son premier scopitone, sa première chanson. J'étais là au début et à la fin. Je pense à sa famille, à Laeticia, qui l'a accompagné, à ses enfants. Pour nous les autres, il faut qu'on optimise tout ça, il faut qu'on transforme tout ça en une grande fête, parce que Johnny était un enfant toute sa vie, il a fait la fête toute sa vie, il a vécu 1000 vies, il a eu la chance de gouter à tous les parfums".

Nagui

Maurane

Alpha Blondy

à l'Agence France-Presse : Il a salué la mémoire d'un "vieux complice qui vient de terminer sa mission sur terre. Johnny est un pan de notre mémoire culturelle pour les gens de ma génération."  "Johnny Hallyday a donné plusieurs concerts en Côte d'Ivoire où il compte beaucoup de fans dont beaucoup de membres du gouvernement actuel ! "

Zazie

Miossec

à l'AFP : Johnny Hallyday  " faisait preuve d’une gentillesse renversante "  et  " avait en lui une très grande timidité, alors que c’était le roi ".

Christophe Miossec lui a écrit plusieurs chansons parues dans les albums  "Sang pour Sang"  (1999),  "L’attente"  (2012) et  "De l’amour"  (2015).

Céline Dion

Pascal Obispo

Omar Sy

Vianney

Patrick Bruel

Amanda Sthers

sur Europe 1 : "C'est un chagrin qui nous dépasse tous, celui de perdre un symbole: Johnny c'est le marqueur d'une génération, il nous rappelle selon nos âges que nos parents sont mortels ou que nous sommes mortels, alors qu'il incarnait à mes yeux et pour beaucoup de gens la force, la survie, l'immortalité."

"C'est un monument national, c'est quelqu'un qui trimbalait malgré lui l'histoire d'un pays et des émotions très particulières, parce que c'était un être timide malgré ce qu'on peut imaginer".

Coauteur d'une biographie du chanteur "Dans mes yeux"

Thierry Luthers

Jean-Claude Camus

sur RTL : "Je suis dans un bain de tristesse, je viens de perdre plus de 35ans de ma vie, j'ai eu la chance grâce à Laeticia de passer la soirée de samedi dernier avec lui. C'est une perte immense et c'est le patrimoine national qui s'en va mais c'est surtout l'ami, l'ami avec qui j'ai vécu de tellement bons moments".

Producteur historique de Johnny Hallyday

Yves Bigot

"C'était notre seule rock star. Cela lui donne un statut incroyable. Nos deux stars, ce sont Bardot et lui. Il a été aussi l'objet de beaucoup de moqueries, c'est lié à sa timidité, c'est un garçon très timide dans la vie, réservé. (...).

C'est un personnage très touchant. Un personnage singulier, franchement c'était un mec attachant. Il a un côté très messianique. Le rock serait encore une musique étrangère s'il n'y avait pas eu Johnnny en France.

Il paniquait devant un micro et une caméra et il était capable de trucs qui font marrer tout le monde. Comme le jour où il dit à Antoine de Caunes: +il est temps de remettre les pendules à leur place+ ou quand il dit au JT de Claire Chazal +mon joueur de foot préféré c'est Zazie+. Ce sont les moments où il déraille, à cause du stress.

J'ai vécu un moment marrant lors d'une interview croisée entre Johnny et Harlem Désir que j'avais fait pour Libération, vers 1990, la première fois où il chantait à Vincennes pour SOS Racisme. C'était les début du rap. Et Johnny se met à essayer d'improviser un rap +je suis né dans la rue, je m'appelle Jean-Philippe Smet, mais vous me connaissez mieux sous le nom de Johnny...+ et puis s'arrête il me regarde et il dit : "C'est nul !".

Ancien journaliste musical, ex-directeur des programmes de la RTBF et ex-patron de Mercury, qui fut la maison de disques de Johnny

Direction du Paris Dakar

Embed from Getty Images
Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK