John Lydon déplore le verdict du procès contre les Sex Pistols

Le 23 août, on apprenait que le frontman des Sex Pistols perdait sa bataille juridique contre ses anciens collègues du groupe.

Le 16 juillet dernier, les ex-membres du groupe punk iconique entamaient une procédure à propos de l’octroi de licences musicales pour la série de biopics intitulée Pistol.

Il ne s’en est jamais caché, John Lydon ne voyait pas d’un bon œil ce feuilleton consacré aux Sex Pistols, le traitant même de "connerie irrespectueuse". Une vexation engendrée principalement par le fait que le réalisateur Danny Boyle ne l’avait pas consulté (ce qui a été réfuté par un porte-parole de la production de Pistol, qui a répondu au Sunday Times que Danny Boyle avait bien contacté le management de John Lydon, mais que "tout contact direct avait été décliné"), et d’autre part car celui-ci s’était basé uniquement sur l’autobiographie de 2017 du guitariste Steve Jones : Lonely Boy : Tales From a Sex Pistol. Selon l’avocat du chanteur, ces mémoires le dépeignent sous un jour hostile et peu flatteur.

John Lydon a donc refusé de concéder une licence pour l’inclusion de la musique du groupe dans cette série.

Ce véto a été contesté par Steve Jones et le batteur Paul Cook, dont l’avocat Edmund Cullen comparaissait le 15 juillet devant la Haute Cour. Les deux musiciens sont rejoints par le bassiste original du groupe Glen Matlock et la succession de Sid Vicious.

Selon The Associated Press, Maître Cullen a utilisé un accord passé par le groupe en 1998 qui déterminait que les décisions à propos de ces licences seraient déterminées sur base de la loi de la majorité.

John Lydon a donc perdu l’affaire en justice sur base de ce principe du choix fait par le groupe " à la majorité". Un communiqué a maintenant été publié sur son site web :

"John, en tant que force créatrice des Sex Pistols, souhaitait savoir comment il allait être dépeint et à quelles fins son travail allait être utilisé pour donner du crédit à la série. Et malgré avoir demandé des infos sur le script, John n’en connaît toujours pas tous les détails."

"John Lydon n’a pas demandé d’être mis au courant des récentes avancées. On lui a demandé si l’œuvre des Sex Pistols pouvait être utilisée sans l’avoir consulté ou impliqué dans le projet plus tôt. Il a pris position par principe, pour ce qu’il considère comme l’intégrité de l’héritage des Sex Pistols et s’est battu pour ce qu’il croyait et continue de croire être juste."

"Depuis plus de 23 ans, les Sex Pistols ont travaillé de manière collective. Et cette production Disney est la première dans laquelle cette approche a été ignorée."

"[…] Peu importe ce que Disney fera, cela sera sans l’accord et l’implication de John. Il est impuissant face à l’éventuelle distorsion de la réalité et de la vraie histoire des Sex Pistols, quoiqu’il soit raconté par la majorité."

Le communiqué se conclut par un écrit de John Lydon lui-même : "Je suis le chanteur et compositeur principal, le frontman, l’image, le tout, peu importe comment vous appelez cela. Je le dis ici. Je suis abasourdi. C’est vraiment destructeur pour le groupe, et je crains que ce projet ne soit extrêmement négatif."

"Comment peut-on penser que les choses peuvent avancer sans me consulter et évoquer ma vie personnelle, mes problèmes, sans aucun contact valable avec moi avant que cette série ne soit dévoilée au monde. Je n’ai pas de mot pour expliquer à quel point tout ceci est déloyal. Comme je le dis dans les paroles de "The Order of Death" : This is what you want, this is what you get ("C’est ce que tu veux, c’est ce que tu auras.")…"

Un autre communiqué signé par Cook et Jones est sorti suite au verdict du 23 août : "Nous sommes heureux du résultat. Cela apporte plus de clarté à nos décisions à prendre de manière collective. Cela n’a pas été agréable, mais nous pensons que c’était nécessaire pour pouvoir avancer et peut-être travailler ensemble dans le futur sur de meilleures bases."

Il n’y a pas encore de date de sortie annoncée pour cette production visuelle en projet à propos des Sex Pistols. On apprenait à la mi-janvier que le réalisateur renommé Danny Boyle, prévoyait de traiter l’histoire des Sex Pistols dans une série télévisée en six épisodes. Ce sont deux premières images qui nous sont arrivées grâce au Rolling Stone Magazine.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK