Internet : "e-love" l'arnaque aux sentiments…

La crise sanitaire du Covid-19 a aiguisé l’appétit des cybercriminels et nous attirons votre attention sur une technique qui fait toujours de nombreuses victimes.

Prenons l’exemple de Paul. Il est seul et a envie de trouver l’âme sœur. Via Facebook, il est sollicité par une jeune femme qui veut devenir son amie. Il l’accepte et les premiers contacts s’établissent par l’intermédiaire de la messagerie. Elle s’appelle Natacha. Elle habite Moscou et est veuve. La découverte se poursuit en douceur : des mails sont échangés, des photos sont jointes, des points d’intérêt et des passions communes sont partagés… Ensuite, l’idée de se rencontrer directement est évoquée.

Mais Natacha a un souci. Comme elle n’a pas beaucoup d’argent, pour pouvoir converser plus longtemps avec Paul et faire connaissance. Elle lui demande de lui envoyer quelques euros pour payer son accès à internet. Il s’exécute et l’enchantement reprend.

Quelques jours se passent et Natacha l’informe qu’elle envoie son dernier mail car son forfait internet est épuisé et que son fournisseur d’accès menace de lui couper sa connexion. Elle ne peut plus payer, car elle doit aussi faire face à une dépense imprévue (sa mère doit être hospitalisée d’urgence) : si elle ne paye pas son abonnement internet dans les deux jours, elle ne pourra plus communiquer avec lui. Paul réagit et envoie directement quelques dizaines d’euros.

Désireux de la rencontrer, Paul lui fait part de son projet de se rendre en Russie, mais Natacha, qui n’a pas la place pour l’accueillir, lui propose de faire le premier pas en se rendant chez lui.

Comme elle est sans le sou, elle lui demande de l’aider à financer son voyage pour le rejoindre. "Lorsqu’on aime, on ne compte pas !" Paul paie ainsi divers frais (passeport, démarches auprès de l’ambassade, cadeaux, billets de voyage, etc.) : les frais, justifiés prétendument par des tracasseries administratives dont Natacha fait l’objet, se multiplient jusqu’au jour où l’être tant attendu ne se manifeste plus.

Cette forme d’arnaque, particulièrement sophistiquée, est baptisée " e-love ". Les mails sont souvent très chargés émotionnellement pour mieux appâter la victime. On évoque l’admiration ou l’émerveillement face à l’autre, la découverte de forts sentiments de l’un envers l’autre, cet amour grandissant, les perspectives de vie commune.

Et donc, si vous êtes ainsi approché et si un transfert d’argent est évoqué, il vaut mieux mettre un terme à la communication.

 

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK