Internet : Comment la jeune génération peut-elle trouver de l’aide face au harcèlement ?

La crise sanitaire, que nous vivons tous, a limité les contacts sociaux et nous sommes nombreux à avoir augmenté l’utilisation de nos outils numériques pour rester en contact avec nos proches et nos amis. Pour la jeune génération, cette crise sanitaire et l’enseignement hybride ont aussi eu un effet sur le harcèlement scolaire. Des situations qui poussent parfois des enfants, victimes de ces situations, à quitter la maison. Leurs parents n’ont alors plus aucune nouvelle.

Child Focus signale ouvrir en moyenne 3 dossiers par jour, qui sont liés à des disparitions. 80% sont associés à des fugues. En 2020, l’association a aussi traité plus de 300 dossiers liés à du sexting ou encore du sextortion. Ce qui représente une augmentation de 46% par rapport à l’année 2019. Pour Child Focus, tous ces dossiers ont un point commun à savoir que l’enfant ou le jeune concerné n’a personne à qui se confier.

Maelle, cette jeune fille de 14 ans, victime de harcèlement, n’osait pas en parler autour d’elle. Ce qui l’a poussé au suicide il y a un an. Et les auteurs de la situation qu’elle a subie, sont actuellement poursuivis en justice

Child Focus nous présente donc un nouveau projet. Il a été baptisé " MAX " et a pour objectif que chaque enfant de 10 à 12 ans puisse trouver une personne de confiance. L’idée, c’est de leur faire comprendre que dans leur famille, dans leur entourage, il y a certainement une personne qui peut les aider, les conseiller avant qu’une situation problématique ne les touche. Et de cette manière, également leur faire comprendre qu’il sera plus facile de gérer leur vie future parce que, contrairement à ce qu’ils peuvent croire, demander de l’aide n’est pas une chose anormale.

Le projet que nous vous présentons cette semaine s’appuie également sur l’engagement de l’adulte qui devient la personne de confiance de l’enfant qui le contacte et qui accepte de l’écouter, sans préjugé. Pour que cela fonctionne au mieux, il faut laisser ce choix à l’enfant. Du coup, ayant choisi son Max, il n’hésitera plus à poser des questions, à parler de ses problèmes ou simplement à discuter de son quotidien.

Pour aider les enfants, le site chacunsonmax.be a été mis en ligne. Et là, les jeunes peuvent, grâce à une vidéo, envoyer une demande à leur futur MAX.

D’autres sujets à lire ou à écouter

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK