Guitares… Et sexe ! 2

guitar story
5 images
guitar story - © 123foto - Getty Images/iStockphoto

Sexe et guitare, une petite entreprise qui ne connaît pas la crise, telle était la conclusion de l’épisode précédent. Finalement, accompagné de caresses de guitare ou pas, le ménage, sexe et chansons, est un très vieux couple dont les préliminaires remontent même à l’antiquité.

Prenons par exemple les bacchanales, aux tournures d’orgies sexuelles 'vinassées', en l’honneur du dieu Bacchus (Dionysos pour le peuple grecque, et qui fut cité maintes fois par feu Jim Morrison). Ces 'fêtes', organisées pour les victoires, étaient des endroits parfaits pour y entendre soldats et légionnaires chanter des chansons obscènes dénonçant les mœurs sexuelles de l’époque.

Le Moyen-Âge, à son tour, eut son lot d’écrits paillards et de couplets grivois. Tradition orale qui perdura, de manière plus ou moins cachée, jusqu’à la Révolution française et dont les auteurs, afin d’éviter les fessées cléricales, durent user d’astuces et de fausses rimes dans leurs comptines coquines. Une légion de ritournelles à double sens transmises encore de nos jours, et les exemples ne manquent pas : ''Il court, il court le furet…'' vous vous souvenez de cette petite chanson qui paraît si innocente, enseignée encore aujourd’hui à nos têtes blondes depuis la maternelle. Il est pourtant très aisé, pour nos oreilles d’adultes, d’en saisir directement la contrepèterie.

De même que nous pourrions friser la honte si nos enfants, chantants avec le sourire ''Il était une bergère'', comprenaient un instant le double sens de ces paroles. Comprenez, l’histoire d’un chat, somme toute très gentille, qui s’en va mettre son menton dans le fromage de la bergère. Sauf que, en argot, 'laisser le chat aller au fromage' signifie, tout bonnement, perdre son pucelage.

Tout comme l’expression 'battre le briquet', pratique courante semble-t-il dans la cuisine de la voisine à l’ami Pierrot, signifie, de manière détournée 'faire l’amour'. Quant à la plume de ce bon Pierrot… Non, ce n’est pas un stylo.

Pas mal de choses aussi à souligner au bord de l’eau de ''La Claire Fontaine'' : un rossignol qui chantait, un bouton de rose, et cette eau dont les allusions font souvent référence à l’intimité féminine. Avec les paroles : ''Sous les feuilles d’un chêne, je me suis fait sécher'' on comprend facilement pourquoi la jeune fille fictive conclut en disant : ''Il y a longtemps que je t’aime, jamais je ne t’oublierai''.

Et enfin, puisque les enfants naissent dans les choux c’est bien connu, il est toujours bon de savoir comment vous pouvez les planter… Sauf que, avec les doigts, les pieds, les mains, etc. On frise quelque peu l’obscène.

Bref, après cette page d’histoire sans carré blanc, revenons aux guitares qui sont, aujourd’hui, de toutes les orgies. Encore une fois, composée d’une caisse et d’un manche, leur positionnement peut aussi être un casse-tête. Pour la gent féminine, par exemple, tenir une guitare ou une basse en bandoulière doit impérativement se calculer de manière à ne pas écraser leur poitrine. Pour cela les éclisses servent souvent de support à l’un ou l’autre sein dont le galbe, du coup, n’en est que plus évident. Cet exemple, ne manque pas d’attirer les regards des hommes, dans le moindre des cas, et, au pire laissera, vagabonder leur imagination au profit de blagounettes et de ricanements salaces.

Les hommes sont en effet des cochons, mais les guitaristes sont-ils pires ?

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK