Guitar Story – Les femmes guitaristes, épisode 8 : Kelley Deal

guitar story
5 images
guitar story - © Trixie Textor - Getty Images

On continue notre parcours sur la ligne du temps tracée par les femmes guitaristes en faisant un arrêt sur un autre duo dont une des frangines, à l’instar de Heart et Nancy Wilson, est devenue aussi une guitariste phare des années 90, grâce aux Breeders et au tube ''Cannonball'', il s’agit de Kelley Deal. 

Très peu d’informations circulent sur cette femmes guitariste, longtemps prisonnières de ses démons, et encore souvent dans l’ombre de Kim Deal, sa sœur jumelle, fondatrice des Breeders, mais aussi la bassiste la plus marquante des Pixies. 

Sœur jumelle, née sous le signe des gémeaux le 10 juin 1961, et héroïnomane depuis son adolescence, Kelley Deal a en effet longtemps souffert des comparaisons médiatiques faites avec sa frangine Kim, considérée comme une des têtes pensante du cercle rock alternatif américain. Malgré cette mise au second plan, les deux sœurs se sont souvent retrouvées côte à côte dans les mêmes projets musicaux, ce qui fut bien entendu le cas avec les Breeders dès 1992, juste avant l’EP ''Safari'', et surtout l’album ''Last Splash'' qui les propulsa en tête des charts en 1993.  

Malheureusement, un an après, en 1994, Kelley Deal fut impliquée dans un trafic de drogue ce qui força les Breeders à se mettre en pause pour une durée indéterminée, et amena notre guitariste vers une cure de désintoxication. Elle mit du reste cette période à profit pour écrire des chansons et, en 1995, Kelley rejoint une nouvelle fois sa sœur pour une courte période au sein de The Amps tout en créant un premier projet solo à savoir, Solid State. Un nom qu’elle du rapidement changer pour éviter pour éviter des conflits juridiques avec un groupe new-yorkais homonyme. C’est pour cette raison que, après la sortie de l’opus ''Go To The Sugar Altar'' en 1995, le groupe fut rebaptisé Kelley Deal 6000, pour la sortie du second album, ''Boom ! Boom ! Boom !'' en 1997.

Néanmoins, 'Kelley Deal 6000 resta un projet éphémère et Kelley Deal forma ensuite The Last Hard Men, en compagnie de Jimmy Flemion, fondateur des Frogs, Sébastian Bach de Skid Row, et Jimmy Chamberlain écarté des Samshing Pumpkins après le trip mortel d’héroïne qui couta la vie au claviériste Jonathan Melvoin durant la tournée de l’album Mellon Collie And The Infinite Sadness. 

Côté guitares, Kelley Deal s’était souvent affichée avec des Gibson Les Paul, dont une gold top reçue des mains de Joey Santiago des Pixies et une seconde Les Paul, Standard, rouge translucide datant de 1993. Sa première guitare par contre, est une Fender Stratocaster Ultra de 1992, avec un humbucker en position chevalet, et on peut l’entendre avec une Fender Mustang. Toutes sont amplifiées par un Marshall JCM 900, en passant par deux pedalboards rassemblant plusieurs types d’effets que vous allez retrouver avec la vidéo jointe à l’article. 

 

 

Aujourd’hui, Kelley Deal est restée clean depuis une grosse dizaine d’années et les seules aiguilles qu’elle manie encore sont des aiguilles à tricoter. Le tricot un passe temps qu’elle affection lorsqu’elle ne joue ni de la guitare, ni de la batterie. Et ses réalisations sont même mises en vente via sa boutique en ligne store.kelleydeal.com .

En marge de cela, un nouveau groupe fut mis sur pied depuis 2012 à savoir R Ring, avec lequel elle sorti un album, ''Ignite The Rest'', en 2017 et le single ''Cutter''. 

 

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK