Guitar Story – Les femmes guitaristes, épisode 3 : Bonnie Raitt

guitar story
6 images
guitar story - © SKIP BOLEN - BELGAIMAGE

Continuons à suivre la ligne du temps tracée par les femmes guitaristes qui ont marqué l’histoire du blues et du rock et, passé les pionnières que furent Sister Rosetta Tharpe et Barabra Lynn, on tombe inévitablement sur une rousse flamboyante, 'Stratwoman' patentée, une vraie 'baronne' du blues qui a récolté pas moins de neuf Grammy Awards durant sa carrière, il s’agit de Bonnie Raitt.

Bonnie Raitt, que l’on entend d’ailleurs souvent sur Classic 21, est issue d’une famille de musiciens, à savoir : Marjorie Haydock, une maman pianiste, et surtout John Raitt, un papa chanteur de comédie musicale entre les années 40 et 50. Bonnie, quant à elle, s’intéressa très tôt au blues et la guitare, avec une Stella qui avait coûté 25 $, et commença sa carrière très jeune, à la fin des années soixante, en se faisant remarquer dans les bars Cambridge dans les Massachusetts, tout en menant des études de sociologie africaine au Radcliffe College, une branche de la prestigieuse université d’Harvard. Mais la musique et surtout le blues, finirent par s’imposer et notre jeune rouquine abandonna ses études afin de sillonner les routes avec une guitare sous le bras.

Aujourd’hui, cette tornade rousse est même devenue une personnalité très estimée parmi les guitaristes électriques et une des cartes maîtresses de Bonnie Raitt est sa technique de Slide, que peu de personnes arrivent à jouer avec autant d’émotion et de pureté. L’approche de cette technique, Bonnie Raitt la fit sûrement avec son grand-père maternel qui pratiquait la musique hawaïenne, en jouant du lap-steel, et lui montra ses premiers accords.

Pour son jeu lumineux, Bonnie Raitt se sert depuis de nombreuses années d’une Fender Stratocaster de 1965 acquise une nuit de 1969, à 3 heures du matin, pour 120 $. Apparemment cette 'Strat', sortie d’usine quatre ans plus tôt, avait déjà connu un parcours chaotique comme en témoigne son état de 'vieux crayon usé'. Le corps et le manche n’ont pratiquement plus de peinture, la finition et le logo ont complètement disparu, et on pourrait presque croire qu’elle a été décapée pour être revernie dans son aspect naturel.

En ce qui concerne les micros par contre, ceux-ci sont d’origine et totalement fonctionnels avec un son bien meilleur que certains instruments plus récents. C’est précisément cette guitare 'rousse', elle aussi, que l’on entend sur tous les enregistrements effectués durant la longue carrière de cette artiste aux neufs Grammy Awards. Toutes les caractéristiques des Stratocaster 'post-CBS' sont présentes, dont la fameuse tête large.

Le Style fluide de cette 'ladies de la six-cordes' est très vite identifiable : son élégance et sa sonorité croustillante la distinguent de ses semblables. Pour son jeu en 'slide' Bonnie Raitt utilise de véritables 'Bottle-Neck' – goulots de bouteilles — placé sur le majeur de sa main gauche, se sert de plusieurs types d’accordages ouverts. Même si la plupart de ses titres sont joués sur cette 'Strat’ de  1965, lorsqu’elle est en tournée, les changements d’accordages lui imposent plusieurs guitares dont quelques modèles 'signature' de couleur bleue, mais aussi une Stratocatser Sunburst de 1963 ayant appartenu à Robin Trower.

L’apparente simplicité du jeu de Bonnie Raitt révèle un sens inné de la mélodie ainsi qu’une capacité à aller directement à l’essentiel, sans fioritures inutiles. Cette manière si personnelle de jouer a fait de cette rockeuse, une des plus grandes guitaristes doublée d’une excellente chanteuse à la voix puissante. Á noté aussi qu’à côté de cela, Bonnie la rousse s’est également imposée comme l’une des militantes politiques du rock en se joignant à des causes telles que : la défense des femmes battues, et la défense des droits des Indiens.

Avec son jeu élégant et sa voix colorée, voici Bonnie Raitt avec ''Gypsy In Me'', un extrait de son album ''Dig In Deep'' sorti il y a quatre ans.

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK