Greta Van Fleet à l'Ancienne Belgique

Embed from Getty Images

Le public belge les attendait avec impatience, ils ont ravi les fans présents à l'Ancienne Belgique ce 27 octobre.

Jake Kiszka (guitare), Sam Kiszka (basse, claviers), Josh Kiszka (chant) et Danny Wagner (batterie) ont sorti leur premier album "Anthem Of The Peaceful Army" il y a quelques jours à peine, mais les fans belges n'ont pas attendu son arrivée pour s'intéresser à ceux que l'on qualifie de "nouvelle sensation rock venue tout droit du Michigan."

Quelques mois après avoir investi l'AB en version club, et avant leur venue en 2019 à la Lotto Arena d'Anvers, c'est cette fois une Ancienne Belgique version XL et pleine à craquer qui attendait les jeunes musiciens, dont la réputation les précède.

Mais que les détracteurs qui criaient à l'imitation scandaleuse rangent leur plume virtuelle: si ils partagent leurs influences avec Led Zeppelin, il n'y eut ici ni pastiche, ni pâle copie du groupe inégalable. Bien sûr, la tessiture de voix du frontman fait penser à celle de Robert Plant, mais il n'est pas question ici de récupérer ce don et d'en tirer profit sans s'impliquer.

Pendant une heure trente pratiquement, le quatuor a offert un concert de toute grande qualité, a fait preuve d'une maturité étonnante pour leur courte expérience (le groupe a été fondé en 2012 et ils ont chacun une vingtaine d'années) et leur répertoire a été exécuté avec un plaisir et une passion communicatifs.

Et ce répertoire, disons-le, flaire bon les gimmicks d'une autre époque (que les moins de vingt ans, etc etc...). Profondément imprégnés de blues, de soul des années 60 et 70, du label Stax, des White Stripes,... les Américains ont absorbé ces univers pour en proposer un autre bien à eux, assumé sans complexe et livré avec fougue, talent, et intégrité. 

Ils joueront plusieurs extraits des Eps mais aussi du nouvel album, (When the Curtain Falls, Black Smoke Rising, You're the One, Watching Over,...) et ils opteront aussi pour deux covers: une très belle exécution de "Evil" d'Howling Wolf, dans un éclairage rouge sang, et "Lay Down" de la chanteuse folk Melanie.

Bien sûr, le groupe est jeune, on pourrait "reprocher" un certain manque d'originalité, et sans doute un peu trop de longueurs dans les solos. Une setlist avec plus de morceaux aurait sans doute permis de dynamiser le show. Mais dans la tradition dans laquelle ils sont plongés depuis leurs débuts, on laisse place à la créativité, aux soli, à l'improvisation, et on se laisse habiter par la musique, parfois pendant de longues minutes. Et cette tradition, ils y tiennent et la défendent ardemment.

Pour conclure, je dirais que les fans présents (dont la moyenne d'âge dépassait largement le double de l'âge moyen des musiciens, hormis deux rangées d'ados devant la scène) ont eut droit à ce qu'ils étaient venus chercher: du vrai rock'n'roll, d'une grande qualité, dans lequel on se plonge avec délectation. Reste à voir si le show aura suffi à convaincre les plus sceptiques.

"Pas de futur sans passé", un des slogans de Classic 21 à ses débuts, est une expression qui convenait bien à la soirée d'hier à l'Ancienne Belgique.

 

 

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK