Génération 21: Tom White Shoes

Génération 21: Tom White Shoes
Génération 21: Tom White Shoes - © Tous droits réservés

Tom White Shoes, c'est l'histoire d'un coup de foudre live. D'un concert croisé par hasard, au détour d'une place à Namur. Leur fief. Qui ce jour là, vibrait au rythme des pekets, des échasses et autres fastes. Sans fureur. Juste porté par la ferveur d'une fête dédicacée à la Wallonie, autant qu'aux jolies mélodies. Dont celles, teintées de jazz et de spontanéité, de ces drôles de bonhommes aux chaussures blanches.

Namur, place de l'Ange. Sur scène, des chaussures blanches. Comme les chemises. Portées par un guitariste, un batteur, un contrebassiste et un harmoniciste. A chaque souffle, ce dernier hypnotise l'assemblée. A commencer par René, venu de Rochefort. Entre deux gorgées d'une bière locale, la bouche cramponnée à mon oreille, il me glisse: "C'est un musicien que je connais bien. Il s'appelle Olivier Hernandez. Nous avons partagé des sessions jazz ensemble... Je le trouve fantastique!" Digne héritier de Toots dans les sonorités et la musicalité. Mais l'air distillé par le quartet n'est pas Bluesette. C'est un original. Une composition. En français dans le texte. Et dans la transmission. Le lien avec le public est plus intime, plus vite. Pas de barrière langagière. Avec sourire et entrain, le groupe distribue les clés pour le rejoindre dans son bistrot des copains. Là où se jouit La Vraie Vie. Plage titulaire d'un premier volet sorti il y a deux ans maintenant. Qui démarre par un au revoir. Je m'en vais. De la maison. Pour de bon. Le temps des études est terminé. Pas celui de la chanson. Mais nous ne partons pas les mains vides. Chargées d'amour. D'avoir côtoyé ses proches au jour le jour. Mais que la vie serait belle sans ordure ni poubelle... Hoqueti Poqueti. Formule magique pour que tout disparaisse. Mais pas ce titre. Ni le suivant. La vraie vie. Bienvenue et merci! Histoire d'un désenchantement en chantant. Enchanté et entêtant. Si ton appartement est tout petit... Si tu n'as jamais vu Tahiti... Bienvenue et merci! La suite s'enroule d'une tendresse acoustique. De l'enchantement à l'ensorcelant. Chromatique. Bluesette... On y est presque. L'original demeure. Jusqu'à l'envol. Dans les nuages. Pour donner la vie à un mirage. A un parapluie d'enfant. Serré par Monsieur Rami. Parapluie serré. Solo enlevé. Les notes, aussi, gagnent les portes du paradis. Tout est possible. Quand on s'accroche... En suivant le vent de ses envies. Comme Monsieur Rami. Comme Jules Vernes, et puis. De la Terre à la Lune. Inspiration littéraire pour une chanson légère. Adieu la gravitation... Le public la quitte à son tour. Se libère et se dévoile sur son étoile. Ni point blanc, ni point bleu. Tandis que les derniers rayons du soleil s'éludent dans la nuit. Cri de loup. Cri de coup. De cougar. Gare au cougar. C'est la Cougar Song. Accès de fièvre. Musicale autant qu'amicale. Les rangs se resserrent. Les mains se frôlent. S'agrippent. Se lèvent. S'élèvent. Et prolongent le plaisir jusqu'au lendemain.

Aux côtés d'Olivier, à l'harmonica, il y avait Mike à la contrebasse, Yann à la batterie et Thomas à la guitare et au chant. Que je retrouve un peu plus tard en coulisse. Dans un moment de franche camaraderie. Nous parlons de la liberté des choix du groupe. "Totale." De l'aspect intergénérationnel. "Naturel." Du plaisir et du sourire sur scène. "Le moteur." De souvenirs... "Une résidence en France à Paderne." D'une couleur. "Le blanc." D'un groupe... Tom White Shoes!

 

Sur Facebook: https://www.facebook.com/Tom-White-Shoes-103778506372867/

Site web: http://tomwhiteshoes.be/         

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

Recevoir