Génération 21: Stand For

Crédit photo: Stand For
Crédit photo: Stand For - © Tous droits réservés

La liberté guidant Stand For. Pour un nom de groupe raccord à sa musique: vibrante de sincérité et d'intensité. Alexandre, Florent, Louis, Olivier et Romain partagent le même goût bien trempé pour les sons saturés et les envolées. Sans jamais oublier la mélodie. La liberté les guide... Et eux me conduisent jusqu'à leur Q.G. hennuyer. Un entrepôt aux allures de studio. Un local de répète qui en jette.

Déluge sur la région de Dour. Essuie-glaces battants, je transgresse les nationales quasi désertes. Les panneaux paraissent aussi embués que le pare-brise. Je traque la direction Harchies. Et une rue au nom tout désigné: l'Attrape. Au bout d'une heure de tourniquets, sans un chat dans les rues, je me sens piégé. A défaut de GPS, je me décide à appeler les gars de Stand For. Je m'excuse du retard déjà grand et tente de leur situer ma position... Après réflexion, une lueur éclate: "Tu n'es pas loin, mec! A deux, trois kilomètres... Pas plus!" Grâce à leurs indications, je retombe sur mes pattes. Enfin la rue de l'Attrape! Et cinq gaillards sous la drache... Campés face à l'entrée d'une cour. Je quitte vite fait ma p'tite bagnole grise pour les saluer. Dans la pénombre, je devine la chevelure massive de Louis, les favoris bien garnis d'Olivier, les barbes bien taillées d'Alexandre et Romain... Sans oublier le large sourire de Florent. "Enchanté les gars! Et heureux d'être enfin là... - No stress pour le retard! On répétait en t'attendant. D'ailleurs, tu peux garer ta voiture dans la cour, en face de notre local." Une manoeuvre plus tard, nous voilà réunis à l'intérieur. Un entrepôt à cheval entre l'antiquaire et le disquaire. Les chalumeaux poussiéreux côtoient des posters de Muse. Un côté drôle de musée. Derrière une porte dérobée, un local de répète... Aux allures de studio, sans les consoles.

"Mais si ça peut te consoler, nous avons des chopes! - Avec plaisir!" Et de trinquer au quintet encore tout frais dans sa composition actuelle. "Alex, notre batteur, nous a rejoints il y a un peu plus de six mois." Jusqu'à présent, sans regret... "L'ambiance est excellente! Ce sont rapidement devenus des frères, des poteaux et tout ça pour moi... Et puis, ils m'ont déjà permis de partager l'affiche avec Smash It Combo, l'un de mes groupes préfères, sinon mon groupe préféré!" Les autres gaillards de la bande se réjouissent aussi de l'arrivée d'Alex et de l'évolution prise par le projet depuis qu'il est présent. "Nous avons franchi un cap. C'est quelqu'un de très complet dans son jeu de batterie. Le son du groupe tend vers quelque chose de plus hard. Nous creusons le style Heavy Metal. Et nous savons davantage ce que nous aspirons à faire et à donner sur scène. Ce qui nous permet d'être plus libérés... Au fond, nous avons expérimenté à peu près toutes les étapes que connait un groupe qui débute: les premiers concerts avec leurs doses de stress, de maladresses... La création et l'enregistrement... Le changement de line up pour évoluer... Les concerts d'une heure comme d'une demi heure... Dans des conditions parfois correctes, parfois pas." Au Boripunk Festival, organisé en septembre dernier, c'était correct. Aperçu...

Avec tout ça, je m'aperçois que nous n'avons pas terminé le tour des présentations. Il y a donc Alex, le dernier arrivé, à la batterie. Et qui, pour la petite histoire, rêve de jouer à la fête de la bière... "Mais pas pour la bière!" Dixit. Pour l'organisation et le public. Pour épauler Alex à la section rythmique, Florent, dit "le liant", assure à la basse. "C'est la mayonnaise du sandwich... En imaginant que le groupe est un sandwich." Composé aussi de deux guitaristes, Louis et Romain. "Ce sont eux qui apportent de idées de riffs pour créer de nouveaux morceaux. Puis, le reste s'intègre. Une fois que la structure est en place, nous pouvons ajouter les paroles et les solos." Rayon solos, Romain, plus technique, tient à préciser: "Je n'aime pas la distinction entre guitariste soliste et rythmique. Je trouve que nous apportons tous les deux nos touches très personnelles aux titres. Il y a une réelle complicité... Je suis davantage dans les envolées et Louis dans le travail de la mélodie." Quant à Oli, le chanteur du groupe, ses camarades saluent "son coffre monstrueux pour un gabarit relativement petit. C'est très surprenant! Il a une voix qui fait écho à celles qui ont fait la part belle au Heavy Metal."

Et ces voix, ce sont celles que les parents, parmi d'autres gens, des gars de Stand For ont transmis. D'AC/DC à Metallica en passant par Judas Priest et autre Iron Maiden. "Nous avons à coeur d'honorer cet héritage familial! On ne cherche pas à coller à une mode... Nous voulons plutôt défendre ce que nos parents nous ont transmis. De défendre notre musique..." Ceci emboîte le pas à l'un des sens possibles du nom du groupe: Stand For. Ceci dit, l'anecdote à la source de ce nom témoigne du subconscient précédant le signifiant. "Au départ, on ne trouvait rien qui collait... Un soir, Florent, complètement ivre, nous annonce qu'il a une idée, mais qu'il préfère attendre le lendemain matin pour nous en parler. Le lendemain, il avait décuvé... Et ne se souvenait absolument pas de son idée. Alors il nous a jurés, pour le bien du groupe, de se resaouler. Il l'a fait... Et le nom est revenu à la surface: Stand For!" Fort, déjà, d'un premier album, enregistré avec l'ancien batteur. Titres épinglés de cet opus: Man for One Day, son chant, parfois soutenu, qui vous prend aux trippes et sa montée musicale progressive; Beer Canes and Violence, avec son attaque hargneuse, sans perdre la mélodie; Crawling in Darkness, où la complémentarité des guitares ressort, basse et batterie de commun accord; et enfin The Line, irrésistible dès le départ, pas très éloignée, dans l'ambiance, de la récent vague Heavy Metal allemande.

Histoire de ne pas perdre la ligne, rendez-vous ce vendredi 22 janvier dans l'antre de l'Annexe à La Louvière, où Stand For est en concert. Et dieu (métalleux) sait si le live est important à leurs yeux. "Ce qu'on retient d'un groupe, et qui donne envie (ou pas) d'aller plus loin dans la découverte, c'est souvent le live! Quand nous composons, nous pensons à l'aspect à la fois live et fédérateur de ce qu'on fait... Qu'est ce que notre musique peut apporter? Est-ce que les gens vont s'amuser? Est-ce qu'ils auront envie d'en entendre plus?" Je ne sais pas eux. Mais moi, oui, j'en veux plus.

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK