Génération 21 : Lazy Sin

Génération 21
Génération 21 - © garage

S’il est un groupe qui ne lésine pas sur l’art de prendre le temps, à ne confondre en aucun cas avec de la paresse, c’est certainement Lazy Sin. Qui balançe une "Purée" super chill et sauvageonne à souhait.

Il y a d’abord ce rêve qui en appelle d’autres : je revois ce pus jaillir d’un bouton hors-norme, avant d’être fusillé en jouant au basket en famille aux États-Unis. Puisque ce n’était " qu’un " rêve, j’ai continué à jouer. La partie de basket s’est transformée en cache-cache à l’arrière d’une cylindrée. Quand j’ai regardé par la fenêtre, j’ai aperçu la tête de George W. Bush. Il avait toujours ce rictus contrastant avec ses yeux de chien battu. Tiens, parlant de chien, j’ai fini par atterrir dans un auditoire avec une dizaine de clebs. J’étais persuadé que ça allait séduire cette fille qui me plaît. Mais j’ai tapé à côté. La loose complète. Alors je me suis taillé à Ostende où j’ai observé les vagues. Soudain, le ciel s’est assombri. Tout le monde a fui. Il ne restait qu’un buggy face à la mer. Dont les vagues se sont muées en une seule, énorme, " tsunamesque ". J’ai déserté à mon tour, embarquant dans ma course la poussette oubliée. Et de trouver refuge dans la maison du Roi, en compagnie d’un SDF déguisé en chat. Un chat mord ma main droite. Je m’interroge : aurais-je des ennemis dangereux ? J’émerge le front perlé et soupire, soulagé : " Purée ! "

" La Purée ", nom du premier véritable album de Lazy Sin qui inspire, une nouvelle fois, des rêves en veux-tu, en voilà. Soufflés par les cinq complices qui nourrissent le projet en toute horizontalité. Et avec cet art, si précieux, de ne rien faire ; de prendre le temps pour bien faire les choses ; d’être motivés par la simple idée de donner, de festoyer… Avec une intensité comparable à celle de rire à en vomir. De courir nu au milieu de chevaux. De se perdre dans des abysses où Brian Jonestone Massacre refait surface, soulignant qu’il est jouissif de jouer tard. À l’heure où l’âme se révèle, galvanisée par l’hypocrisie de la société. Non, avec Lazy Sin, nous ne céderons. Nous continuerons becs et onglets à valoriser les petites actions. Comme dans Belgica quand Lazy Sinéma. Car ce sont ces petites actions qui, pour nous, contribuent à la recherche de soi. À travers l’humour et les tripes. Dans la débandade et l’imprévu. Sur fond de fratrie et de simplicité étirée. Brute. Sauvageonne.

Supplément de sauvage par ici :

Lazy Sin sur Facebook

Lazy Sin sur Soundcloud

Lazy Sin sur Bandcamp

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK