Génération 21: Billions of Comrades + Wuman

Génération 21: Billions of Comrades + Wuman
Génération 21: Billions of Comrades + Wuman - © Tous droits réservés

Des milliards de camarades. Et autant de femmes. Tableau sonore idyllique. Féérique. Fruit d'une fusion aussi expérimentale qu'insolite. Celle de deux groupes, croisés à l'arrachée. A la sortie d'un concert où l'affiche était plus que partagée. Soudée. Découverte à double tête en compagnie d'inspirants poètes. Venus de Bruxelles, Tubize et Clabecq.

"Salon... Salon, comme tu es petit ce soir / Salon... Salon, comme nous sommes grands ensembles / Salon... Salon, poil... au menton!" Silly, en début de nuit. Face à l'espace androgyne, moitié bar, moitié scène, du Salon. Deux groupes échangent sans concision. Et sans cire. Impressions, filons, bisous, amour, poèmes... Tout est bon. Ils s'appellent Billions of Comrades et Wuman. Les premiers apprécient les asymétries. Les seconds préfèrent les filles. A chacun son inspiration; sa transpiration. Dans les deux cas, c'est du boulot. "Beaucoup de boulot, de jams à la maison, dans le garage, de recherches, d'expérimentations, d'heures de répétition, de réflexions..." Pour aboutir à la meilleure sélection. Aux compositions les plus efficaces, pour Billions of Comrades. Aux portraits sonores les plus riches en âme, pour Wuman. Guidés, l'un et l'autre, par des influences du monde. De l'Afrobeat et des tropiques. Au-delà du math rock et du hip/hop. Pour des opus singuliers. Sortis des sentiers foulés. Billions of Comrades et son "Rondate". Nouveau volet après un album et un EP. Toujours portés par la liberté. Par un esprit punk dans des corps (encore) jeunes. Echidna et sa puissance mécanique. Minor et son attraction major. Posse et l'union de tous. Rondate et son chrome made in Burton. Torche et son urgence dans la décadence. Sheval en apothéose ni noir, ni rose. Ce troisième chapitre sonore, signé Billions of Comrades, est intense en nuances. Et se délecte sur la durée. Sur le live, aussi. Comme ce soir-là, à Silly. Prolongation d'une soirée déjà forte en reflets. Grâce, entre autres, à Wuman et ses portraits. Sublimés par un visuel bien flairé, quand la mécanique n'est pas enrouée. Qu'à cela ne tienne. Les gars restent concentrés. Appliqués. Et tendent la main pour pénétrer dans leur entrain décalé. Rythmé par Alice et son pays des Vampires. Julia et ses sirènes de Kinshasa. Sara et son zouk de Casablanca. Emilie et son tempo, sauce Mango, de Bali. Blanche et sa brousse de la plage d'Ange. Jeanne et ses arcannes postrock de Manhattan. Voyage expérimental, vraiment. Exacerbé, s'il le fallait, par le breuvage local. Triple Swaaf et Forest ont la cote. Jusqu'à plus soif. Les néons du Salon s'éteignent peu à peu à Silly. Le temps d'un dernier cumulet pour les gars de Wuman et de Billions of Comrades. "Nous aimons les cumulets!" D'une dernière tirade. "La sectorisation culturelle, c'est vraiment dramatique. Autant accéder, d'un côté comme de l'autre, aux choses intéressantes. C'est ça qui est intéressant à travers la musique... En balancer pour tout le monde!" Président. Sans oublier d'échanger. "Echanger des bières, des bisous, des notes de musique, un poème..." Un poème? "Salon... Salon, comme tu es petit ce soir / Salon... Salon, comme nous sommes grands ensembles / Salon... Salon, poil... au menton!" Sans prétention.            

 

Liens

 

Site web de Billions of Comrades: http://www.comrades.eu/

Site web de Wuman: http://www.wuman.be/

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK