Génération 21 : Bérode

Tagada, tagada, revoilà non pas les… mais l’un des Dalton Telegramme, dans un projet solo sans être solitaire.

Quentin se dévoile sous le nom de Bérode, après avoir mis à profit le temps du confinement pour se replonger dans de vieilles compositions, plus personnelles, et collant davantage à une aventure dont il est le capitaine… " Je partageais cette envie d’être le seul maître à bord, et de prendre tous les choix, que cela soit aux niveaux musical, stratégique, graphique, de la vitesse ou encore de la géométrie du groupe m’accompagnant sur scène selon les événements. Puis cela s’est imposé naturellement en étant encouragé par mes proches tant familiaux que musiciens. "

Autre dimension à s’être naturellement imposée, celle de la direction artistique. Avec Bérode, Quentin se laisse volontiers porter par son instinct et son amour pour tout ce qui gravite autour de la chanson française et de l’acoustique. Avec l’idée d’être le plus authentique possible, en cultivant une imperfection volontaire.

" Les premiers titres ont été enregistrés dans la veine de ce que j’enregistre dans mon petit home studio. Je me suis juste rendu dans un studio un poil plus grand pour jouer à certains moments en live et être un peu plus confortable… Sinon l’idée est d’avoir une production bricolée avec un style folk/americana. "

Et c’est en s’entourant de musiciens comme son papa, au saxophone, de Frédéric Malempré aux percussions, sans oublier son fidèle binôme, à la vie comme à la scène, Rémi, aux guitares… Que Quentin a enregistré quatre premiers titres lors d’une session en juin passé.

Aujourd’hui, plus qu’un projet d’album, Quentin nous confie son fantasme pour Bérode. Un fantasme qui rejoint celui de nombreux autres musiciens : " Le vrai fantasme est de pouvoir faire un maximum de lives une fois que ce sera possible. De défendre ces compositions dans une formule brute, en duo avec Rémi. Puis de jouer beaucoup et dans plein de contextes grâce à la souplesse du duo. Avant de réaliser de nouveaux enregistrements que seules des personnes ayant donné beaucoup de concerts peuvent faire… C’est le fantasme de repasser par la case studio en étant très live. "

D’ici là, voici la première composition dévoilée par Bérode et baptisée Lâcher l’échelle. Un titre à l’atmosphère 'morriconesque', dont la progression musicale contraste avec la descente narrative : " C’est l’histoire de quelqu’un qui voit sa vie défiler pendant une chute. La chute d’une échelle. "

Bérode sur l’Internet

Retrouvez les autres interviews ICI

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK