Geezer Butler rassemble ses anecdotes d’enfance

En octobre dernier, le bassiste Geezer Butler nous apprenait qu’une biographie était en cours sur sa carrière avec Black Sabbath. Il avait alors aussi décidé de rééditer ses trois premiers albums solos en vinyle.

Il explique maintenant en être environ à la moitié du processus d’écriture et précise qu’il s’agira bien d’une autobiographie. Il a déclaré à Cleveland.com : "J’ai eu cette idée parce que, quand mes parents sont morts, j’ai regretté de ne pas en savoir plus sur eux. Je ne les connaissais pas vraiment, même quand ils étaient là. Du coup, j’ai eu envie d’écrire pour que mes petits-enfants connaissent mon parcours, et mes anecdotes sur mon enfance à Birmingham et tout ça. C’est là que j’en suis précisément dans l’écriture. "

De son côté, Bill Ward, le batteur original de Black Sabbath a expliqué qu’il souhaitait retourner en studio pour enregistrer un nouvel album avec Geezer Butler, Tony Iommi et Ozzy Osbourne, ajoutant : "Je n’en ai pas fini avec l’héritage de Black Sabbath. J’ai dû m’y contraindre, mais je n’en ai pas fini, même si les autres ne sont pas du même avis."

Récemment, des rumeurs autour d’un biopic sur Black Sabbath ont circulé. Tony Iommi a semblé optimiste à ce sujet, comme il l’explique dans une nouvelle interview pour SPIN : "Nous avons abordé le sujet il y a 18 mois environ, avant que la pandémie ne mette le projet en retrait. Je n’en sais pas beaucoup plus pour l’instant."

Revenons aussi sur cette histoire qui occupe les mélomanes depuis longtemps. Cela fait des décennies que certains musiciens se disputent l’origine des "cornes du diable" réalisées avec la main, signe de reconnaissance du milieu metal. John Lennon, Coven et Gene Simmons de Kiss, notamment, qui avait même voulu le faire breveter à son nom. A présent, c’est Geezer Butler de Black Sabbath qui estime en être l’initiateur. Ronnie James Dio est souvent considéré comme le véritable "premier utilisateur" de ce geste sur scène, dès 1979 avec Black Sabbath, mais Geezer Butler a des photos de 1971 sur lesquelles il faisait déjà ce geste en direction de leur public. Il explique que c’est en le voyant faire que Dio s’était ensuite mis à l’utiliser lui-même. Ce dernier avait expliqué à plusieurs reprises que ce symbole lui venait de sa grand-mère italienne, qui l’utilisait pour chasser le diable et protéger la maison des mauvais esprits. Il avait toutefois précisé que s’il l’avait rendu célèbre, il n’en n’était pas l’inventeur.

Nous en avions d’ailleurs parlé dans notre Journal du Rock en images :

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK