Francis Cabrel – À l'Aube Revenant

Francis Cabrel en interview
Francis Cabrel en interview - © Tous droits réservés

C’est ce vendredi que sort le nouvel album de Francis Cabrel, intitulé "À l’Aube Revenant". Découvrez-le et remportez quelques exemplaires sur Classic 21 ce 16 octobre.

L’artiste avait déjà dévoilé un premier titre dédié à son père, "Te Ressembler", et nous a récemment accordé une interview menée par Dominique Ragheb.

Il nous a expliqué à quoi nous devrions nous attendre pour ce prochain album, ses influences musicales, sa vision du monde actuel avec le confinement, et également la particularité de ce dernier single "Te Ressembler".

Dans ce morceau très intime mais rythmé, le chanteur d’Astaffort dans le Lot-et-Garonne parle de son père. "T’as jamais eu mon âge, t’as travaillé trop dur pour ça toutes les heures du jour à l’usine, à l’entrée du village le soir deux jardins à la fois, et tout ça pour que tes enfants mangent, ça je le sais bien, j’étais là". Un peu plus tard, toujours à l’attention de son père, Francis Cabrel regrette : "On s’est pas dit je t’aime, on s’est pas serrés dans les bras. J’aurais voulu te ressembler, je le jure […] un jour j’ai croisé une guitare, j’ai vécu comme on s’amuse, t’avais les pieds sur terre et j’étais tout le contraire".

Dans une autre interview, il expliquait que lui et son père avaient eu des vies très différentes, et à notre micro, il a confié qu’il admirait ses valeurs : "C’était un exemple de ténacité, de courage, de droiture et d’honnêteté." Avec le temps, Francis Cabrel a, par contre, connu de nouvelles valeurs qui sont arrivées avec la montée du racisme, par exemple. Et la fraternité est maintenant un élément essentiel pour lui.

Il a toutefois confirmé que ce morceau était unique sur l’album. On retrouvera toujours du blues, folk et des chansons d’amour comme il en a, nous dit-il, "l’habitude."

"A l’aube te revenant" sera aussi volontairement plus épuré, plus brut. A l’enregistrement, il nous a expliqué que beaucoup d’instruments avaient été ajoutés alors qu’ils étaient "pris dans l’exaltation du moment" mais ont ensuite été retirés : "Tout ce qui ne s’imposait pas a été enlevé."

Dernière petite confidence concernant cet album : il comportera une seule adaptation d’un standard américain, celle de "Sweet Baby James", de James Taylor, un artiste qu’il affectionne particulièrement : "Je l’ai un peu arrangée à ma sauce. Elle n’est pas du tout traduite. C’est plutôt une histoire racontée sur la musique de James Taylor, et la chanson est citée à l’intérieur du texte."

Découvrez l'interview complète ci-dessous :

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK