Flea rend hommage au batteur Tony Allen

Le bassiste des Red Hot Chili Peppers a écrit un bel hommage à son "héros", Tony Allen.

Le batteur qui a contribué à développer le genre afrobeat, mélange de musique nigérienne traditionnelle, jazz, funk, highlife avec Fela Kuti nous a quittés jeudi dernier à l’âge de 79 ans.

Le qualifiant de "l’un des plus grands batteurs à avoir marché sur cette Terre," Flea s’est souvenu de l’esprit de son ami. "Quel homme sauvage, avec un cœur massif, gentil et libéré, et avec le plus de groove," écrit-il. "Fela Kuti n’a pas inventé l’afrobeat, Fela et Tony lui ont donné naissance ensemble. Sans Tony Allen, il n’y a PAS d’afrobeat."

Flea et Tony Allen avaient travaillé ensemble en 2012 sur "Rocket Juice & the Moon", l’album éponyme de leur groupe formé en 2008 avec Damon Albarn de Blur. "J’ai eu la chance de passer quelques heures avec lui en studio à Londres, à jammer. C’était paradisiaque. Il était, et est toujours, mon héros," explique Flea. "Je voulais tellement honorer sa grandeur quand nous avons joué ensemble. J’étais nerveux quand on a commencé, mais il m’a fait rire comme un enfant de deux ans, et on s’est directement entendus. Je bondissais de joie quand je savais qu’on allait devoir jouer ensemble la rythmique."

Allen et Albarn avaient, quant à eux, déjà travaillé ensemble dans leur groupe The Good, the Bad & the Queen avec Paul Simonon de The Clash et Simon Ting de The Verve.

"Avec le collaborateur et ami de longue date de Tony, Damon Albarn, on a joué jusqu’au petit matin. On a fait la fête au Nigeria, en Europe, et c’était toujours pour la musique," continue Flea. "On groovait à fond. Tony Allen, je t’aime, je suis si content d’avoir eu la chance de jouer avec toi. Dieu bénisse ton bel esprit."

Voir cette publication sur Instagram

The epic Tony Allen, one of the greatest drummers to ever walk this earth has left us. What a wildman, with a massive, kind and free heart and the deepest one-of-a-kind groove. Fela Kuti did not invent afrobeat, Fela and Tony birthed it together. Without Tony Allen there is NO afrobeat. I was lucky enough to spend many an hour with him, holed up in a London studio, jamming the days away. It was fucking heavenly. He was and still is, my hero. I wanted to honor his greatness so much when we played together, and I was nervous when we started, but he made me laugh like a two year old, and we fell right into pocket. I lit up like a Christmas tree every time I knew we were about to lay down some rhythm. With Tony’s longtime musical collaborator, friend and champion, Damon Albarn, we jammed til the cows came home. We partied in Nigeria, we partied around Europe, and it was always about the music. Just grooving high, grooving deep. Tony Allen I love you, I’m so grateful to have had the chance to rock with you. God bless your beautiful soul.

Une publication partagée par Flea (@flea333) le

Ne manquez pas notre Coach 21 qui vous explique le sens des paroles de "Californication" des Red Hot Chili Peppers, où le groupe dresse un portrait du côté sombre d'Hollywood.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK