En 1969, Jimmy Page jouait de sa Telecaster 'Dragon'… avec un archet

Le 25 mars 1969, Led Zeppelin fait partie des quelques groupes à être filmés pour le documentaire « Supershow ». Produit par Tom Parkinson et dirigé par John Crome, le projet de ce film – qui sera plus tard sous-titré « The Last Great Jam Of The 60’s » – a été lancé par la compagnie Colour Tel, qui avait déjà travaillé sur « The Rolling Stones Rock’n’Roll Circus » et « Jimi Hendrix At The Albert Hall ». Outre le dirigeable, Buddy Guy, Jack Bruce, Buddy Miles, Dick Heckstall-Smith, Chris Mercer, Eric Clapton, Colosseum, Roland Kirk et Stephen Stills sont présents dans ce documentaire. Dû à un problème d’avion, Jimi Hendrix n’a pas pu venir.

Led Zeppelin devait jouer deux morceaux, « Dazed And Confused » et « You Shook Me », mais la session s’est limitée au premier titre car Robert Plant avait des problèmes avec sa voix.

Jimmy Page joue avec sa célèbre Telecaster 'Dragon' de 1959 qui est d’ailleurs remise en vente par la société américaine Fender.

Comme l’expliquait Laurent Debeuf dans sa séquence Guitar Story, cette guitare a une histoire particulière : "En 1965, Eric Clapton, trouvant inadmissible l’orientation musicale trop "Pop" que prirent les Yardbirds, profita de ce désaccord pour quitter le groupe. Comme successeur le "God" pensa naturellement à "Little Jimmy", dont les jams partagées ensemble en avaient fait des amis. Néanmoins celui-ci finira par décliner la proposition et suggéra son pote Jeff Beck. Beck en fut extrêmement touché, si bien qu’en guise de remerciement il fit cadeau à Jimmy d’une Fender Telecaster blanche 59 qui lui servait de remplaçante en cas de panne de sa célèbre Esquire.

On retrace l’histoire de cette Tele à partir de John Owen, collègue de Jeff Beck au sein des Deltones, qui acheta cette guitare pour 107£ en 1961. Lorsque Jimmy Page la reçut en cadeau, Jeff Beck avait déjà changé le pick-guard blanc d’origine par un noir. Elle fut utilisée telle quelle jusqu’en 1967 où les débuts du psychédélisme incitèrent « Little Jimmy » à lui faire subir quelques modifs esthétiques dans cet esprit. Dans un premier temps, ce « relooking » se résumait à quatre paires de petits disques miroirs collés sur le corps de l’instrument. Peu de temps après, exit les miroirs et dans la foulée, exit la peinture. Jimmy bien inspiré décora le corps de l’instrument en y peignant différents motifs verts, jaunes, rouges et en changeant une nouvelle fois le pick-guard par une plaque métallique. Sa célèbre « Dragon » était née. Cet instrument, aujourd’hui légendaire, fut la guitare principale de Jimmy Page lorsqu’il rejoignit à son tour les Yardbirds mais également durant la première année d’existence de Led Zeppelin.

C’est cette guitare que l’on entend sur la quasi-totalité du premier album du dirigeable ainsi que sur une partie du second. "

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK