Double Shot : American Woman

Guess Who, le groupe hard canadien, est l'interprète original d' "American Woman". Vous connaissez son guitariste Randy Bachman, qui fondera plus tard le Bachman Turner Overdrive, connu pour "Roll Down the Highway" et surtout "You ain't Seen Nothing Yet", chanson gag et grand foutage de gueule vis-à-vis de son frère Gary qui bégayait. Sympa, n'est-il pas ? Sauf que le gag est sélectionné par la firme de disque pour figurer sur leur album "Not Fragile".

Lors d'un concert en 69, dans la province de Southern Ontario au Canada, Randy casse une corde de sa guitare et joue quelques notes pendant qu'il l'accorde. Il se rend compte qu'il est en train de jouer un nouveau riff dont il aimerait bien se souvenir. Il continue à le jouer et pendant ce temps les autres se joignent à lui commençant ainsi une jam session pendant laquelle Burton Cummings, le chanteur, improvise des paroles. Ils repèrent un gamin avec un enregistreur à cassettes en train de faire un enregistrement bootleg et lui demandent la cassette. Plus tard ils écoutent l'enregistrement et notent les paroles que Cummings modifiera légèrement.

Le sujet improvisé n'est pas une attaque contre la politique américaine d'appel sous les drapeaux, comme ce fut souvent interprété mais bien, comme Burton Cummings l'expliquera  plus tard tout simplement que les filles aux States avaient l'air de vieillir plus rapidement que chez lui, càd au Canada. En clair, cela les rendait ‘dangereuses’ et quand il dit "American woman, stay away from me!" ce qu'il veut vraiment dire, c'est qu'il préfère les canadiennes. Jim Dale, le bassiste, expliquera que ce n'était pas vraiment chauvin mais que, venant de la campagne, et ayant tourné dans de grandes villes américaines comme Chicago, Detroit ou New York, ils étaient heureux de rentrer chez eux et de retrouver les filles avec qui ils avaient grandi.

Oui, bien sûr il y avait la guerre au Vietnam et effectivement il n'y avait pas d'appel sous les drapeaux au Canada...mais ce n'était pas anti-américain. Là, on est dans l'interprétation. D'ailleurs, lors de leur prestation à la Maison Blanche en juillet 70, peu après la sortie du single, la femme du président Richard Nixon, ayant interprété la chanson comme anti-américaine, demanda expressément de ne pas jouer "American Woman" .

Le morceau original apparaît sur la b.o. du film "American Beauty".

En 82 le groupe hard-rock suisse Krokus l'enregistre sur son album "One Vice at a Time".

Les Butthole Surfers en ont fait une version en 86 sur l'album "Rembrandt Pussyhorse".

Mais celui qui dépassera tout le monde en puissance guitaristique sera Lenny Kravitz avec sa version de 99 pour le soundtrack d' "Austin Powers: The Spy Who Shagged Me". Souvenez-vous, la chanson illustrait une scène super-sexy.

Le morceau, sorti en single, apparaîtra sur la réédition de l'album "5" de Lenny Kravitz.

 

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK