Donald Trump opte pour Village People à la place des Stones

Nouvel épisode dans le dossier des illustrations sonores lors des meetings présidentiels de Donald Trump aux USA : il semble avoir abandonné "You Can’t Always Get What You Want" des Stones, au profit de "YMCA" de Village People. C’est Kelly O’Donnell de NBC News qui a communiqué l’information :

L’homme politique semble avoir pris au sérieux les menaces des Rolling Stones de le poursuivre en justice et a donc opté à présent pour ce gigantesque hit pour refermer ses rallyes politiques.

Mais là où le bât blesse, c’est que Village People ne souhaite pas non plus que sa musique soit utilisée dans ces conditions.

Victor Willis, le leader de Village People, s’était déjà exprimé sur le sujet au mois de juin : "Je vous demande de cesser l’utilisation de nos morceaux "Y.M.C.A." et "Macho Man," suite au décès de George Floyd et aux marches Black Lives Matter. Je suis désolé mais je ne peux plus faire semblant de rien."

La situation est similaire du côté de Queen. Le Président a fait usage du hit de 1977, "We Will Rock You," sur la nouvelle plateforme de réseaux sociaux, Triller. Celle-ci est considérée comme une rivale à TikTok, et Queen a demandé que sa musique en soit retirée. Mais le clip a déjà été vu plus d’un million de fois selon BBC News. Un porte-parole du groupe a précisé qu’il s’agit d’une " bataille difficile, menée de manière répétée depuis le début de la campagne de Trump."

"Queen continue à s’opposer à cette utilisation et tente de bloquer la diffusion de ses chansons. "C’est en effet la deuxième fois cette année que Donald Trump choisit ce morceau dans une de ses vidéos. En octobre 2019, il l’avait même diffusé dans son intégralité. Quant à "We are the champions," le businessman l’avait sélectionné pour accompagner son entrée lors de la Convention République Nationale.

Le Président ne semble pas attacher beaucoup d’importance aux autorisations de diffusion, ce qui a suscité, ces derniers mois, le mécontentement de bon nombre d’artistes, tels que les héritiers de Tom Petty, qui ont émis un ordre légal pour empêcher Donald Trump d’utiliser le titre de 1989 "I Won’t Back Down", diffusé sans autorisation lors d’un rallye à Tulsa, dans l’Oklahoma.

C’est aussi le cas pour R.E.M. et les héritiers de Prince. Steven Tyler, Neil Young, ou encore Axl Rose, qui se sont indignés sur les chemins détournés utilisés par le président américain afin de diffuser ces titres de manière illégale.

Déjà en 2016, l’utilisation des titres des Stones dans les meetings du candidat à la présidence ne plaisait pas au groupe. Ils avaient dû interdire la diffusion de "You Can’t Always Get What You Want" et de "Start Me Up", utilisés – sans accord préalable – par Donald Trump, alors candidat républicain à la présidentielle américaine.

Ce dernier n’avait pourtant pas obtempéré, utilisant à nouveau "You Can’t Always Get What You Want" sans autorisation, après son speech de 75 minutes à Cleveland le 22 juillet 2016.

De son côté, la saga Trump vs Neil Young continue aussi : l’artiste, qui pensait déjà il y a quelques semaines se raviser par rapport à sa décision de ne pas poursuivre le président des Etats-Unis en justice pour l’usage non autorisé de sa musique, a maintenant intenté un procès contre lui.

De nombreux artistes comme Green Day, Mick Jagger, Blondie, Lorde et R.E.M. ont d’ailleurs signé une lettre ouverte contre l’utilisation de leur musique sans autorisation lors de rassemblements politiques.

Dans cette lettre, la ARA demande que les comités des partis politiques nationaux américains "établissent des règles claires concernant le consentement des artistes, compositeurs et propriétaires de droits d’auteur avant d’utiliser leur musique dans leurs campagnes."

D’autres célébrités comme Keith Richards, Pearl Jam, Courtney Love, Elvis Costello, et Panic ! At The Disco ont également signé cette pétition.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK