David Gilmour assigné en justice

Souvenez-vous, en 2013, David Gilmour avait été inspiré par le jingle de la SCNF pour son morceau "Rattle That Lock".

Si son auteur était d’abord flatté, il a ensuite retourné sa veste et assigné l’ex-Pink Floyd en justice.

C’est le fameux jingle que l’on peut entendre dans les gares françaises qui a été l’une des sources d’inspiration de Gilmour.

Pour faire les choses dans les règles, David Gilmour contacte à l’époque le créateur du jingle, Michael Boumendil, fondateur de la société Sixième son. L’homme d’alors 44 ans a créé il y a plus de 20 ans son entreprise de communication sonore, et c’est lui qui est à l’origine du jingle de la SNCF.

Ce dernier s’en félicite à l’époque, dans les nombreuses interviews consacrées à cette "belle histoire".

Le guitariste raconte qu’il attendait son train Gare du Nord lorsqu’il a entendu le fameux "Tam dam da da" en Do, Sol, La bémol et Mi bémol. "Ça groove", pense alors Gilmour qui s’empresse de saisir l’enregistreur de son téléphone portable puis attend qu’une nouvelle annonce retentisse dans la gare.

"David Gilmour qui m’invite à participer à son nouvel album, c’est un peu Yves Saint-Laurent sollicitant la collaboration d’un jeune styliste inconnu du grand public", explique Michaël Boumendil.

Les deux hommes ont ensuite échangé les maquettes du titre "Rattle That Lock" (qui sera aussi le nom de l’album) par l’intermédiaire de coursiers. Il fallait surtout éviter les fuites sur internet.

Comme l’écrit Magali Rangin de BFM : " Mais aujourd’hui, rien ne va plus entre l’auteur du jingle de la SNCF et l’ex-Pink Floyd David Gilmour, qui a utilisé les quelques notes diffusées dans toutes les gares de France. Comme le révèle Télérama ce lundi, l’affaire a été portée par les tribunaux et n’est toujours pas réglée. Tout avait pourtant commencé sous les meilleurs auspices."

"Un contrat avait été signé entre la société de David Gilmour et Sixième Son. La SNCF donne également son accord pour l’utilisation du morceau. Tout au long du processus créatif, David Gilmour tient Michael Boumendil au courant, l’invite à Londres sur la péniche qui lui sert de studio, en juin 2015, pour lui faire écouter la chanson finale. Le créateur du jingle semble heureux de la collaboration.

Pourtant, après la sortie du single "Rattle That Lock" en juillet 2015, Michael Boumendil change de ton et en décembre 2016. Alors que le morceau cartonne, il assigne en justice la société de David Gilmour, au motif qu’il a utilisé non pas les notes du jingle, mais le son que diffuse la SNCF dans les gares. Des avocats sont engagés des deux côtés et Sixième Son réclame 450.000 euros.

Si le tribunal a tranché en mai 2019 contre Michaël Boumendil, rejetant les accusations de contrefaçon et le condamnant à rembourser les frais de justice engagés par David Gilmour, l’affaire n’est pas terminée pour autant, puisque le plaignant a déposé un appel. "

David Gilmour a participé à l’action d’aide à Jerry Donahue cette semaine.

Le guitariste de Fairport Convention fait face à de lourds problèmes financiers suite à un AVC en 2016.

Paul McCartney, Led Zeppelin et Eric Clapton font partie des célébrités qui ont signé une guitare pour rassembler des fonds pour lui venir en aide.

Donahue, qui a joué dans les groupes folk-rock Fairport Convention et Fotheringay, n’a plus pu jouer depuis sa maladie.

C’est donc tout naturellement que 23 stars, dont David Gilmour et Jeff Lynne, ont signé cette Jerry Donahue Telecaster qui sera mise en vente aux enchères le 11 décembre.

Elle devrait atteindre entre 10.000 et 20.000 livres sterling.

Parmi les autres musiciens à avoir participé au projet : Pete Townshend des Who, Tony Iommi de Black Sabbath, Mark Knopfler de Dire Straits et Brian Wilson des Beach Boys.

C’est le bassiste de Fairport Convention, Dave Pegg, qui est à la tête du projet. Il a expliqué à la BBC que les stars s’étaient mobilisées par "respect pour Jerry".

"Ils savent que c’est l’un des plus grands guitaristes du monde avec un style inimitable. Personne ne peut faire ce qu’il fait. C’est pour cela que des légendes telles qu’Eric Clapton et Jimmy Page l’admirent tant."

Depuis son AVC, Donahue, résidant à Los Angeles, a perdu l’usage de tout le côté droit de son corps, dont sa main. Il rencontre également des problèmes de diction et de mobilité.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK